ALGÉRIE
20/12/2017 12h:02 CET | Actualisé 20/12/2017 12h:03 CET

Nouvelles manifestations de Palestiniens pour Jérusalem

Palestinian protesters hide behind a barricade from Israeli forces during a protest against U.S. President Donald Trump's decision to recognize Jerusalem as the capital of Israel, near Qalandia checkpoint near the West Bank city of Ramallah, December 20, 2017 REUTERS/Goran Tomasevic
Goran Tomasevic / Reuters
Palestinian protesters hide behind a barricade from Israeli forces during a protest against U.S. President Donald Trump's decision to recognize Jerusalem as the capital of Israel, near Qalandia checkpoint near the West Bank city of Ramallah, December 20, 2017 REUTERS/Goran Tomasevic

Des centaines de Palestiniens ont à nouveau manifesté et lancé des pierres sur les forces d'occupation israéliennes mercredi à travers les Territoires palestiniens pour protester contre la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël.

Environ un millier de personnes ont manifesté au checkpoint de Qalandiya, entre Jérusalem et Ramallah, en Cisjordanie occupée, nombre d'entre eux jetant des cailloux sur les forces israéliennes, a constaté un photographe de l'AFP.

Les soldats et les policiers israéliens ont tiré des gaz lacrymogènes, des grenades assourdissantes et à balles réelles.

Des rassemblements et des heurts, limités, se sont également produits à Hébron et Naplouse (sud et nord de la Cisjordanie) et dans la bande de Gaza, séparée de la Cisjordanie par le territoire israélien, selon des journalistes de l'AFP sur place.

Neuf Palestiniens ont été blessés en Cisjordanie, aucun gravement, ont indiqué les secours.

Les Palestiniens avaient initialement été appelés à manifester ce mercredi à l'occasion de l'arrivée prévue à Jérusalem du vice-président américain Mike Pence à Jérusalem. M. Pence, qui a reporté sa visite à janvier, passe pour avoir fortement influencé la décision du président américain de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël.

De nombreux experts voient dans cette initiative un geste de M. Trump en direction des évangélistes, qui constituent une part importante de son électorat et dont M. Pence fait partie.

La Maison Blanche a finalement annoncé le report de la visite de M. Pence à la mi-janvier pour, a-t-elle dit, lui permettre d'être présent pour un vote crucial au Sénat.

La déclaration de M. Trump, rompant avec des décennies de diplomatie américaine et internationale sur le statut de Jérusalem, l'une des questions les plus épineuses du conflit israélo-palestinien, a suscité des manifestations et des heurts quasiment quotidiens dans les Territoires. Les tensions qu'elle a causées depuis le 6 décembre ont fait huit morts et des dizaines de blessés palestiniens.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.