TUNISIE
19/12/2017 12h:18 CET

9,5% des enfants tunisiens travaillent: Le ministre des Affaires sociales dénonce une "exploitation économique" des enfants

A Tunisian boy sells clothes at a market in the centre of Tunis on April 14, 2017.
On April 14, 2017, Tunisia launched a project against child labour which is on the rise according to the Minister of Social Affairs, Mohamed Trabelsi. / AFP PHOTO / FETHI BELAID        (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images)
FETHI BELAID via Getty Images
A Tunisian boy sells clothes at a market in the centre of Tunis on April 14, 2017. On April 14, 2017, Tunisia launched a project against child labour which is on the rise according to the Minister of Social Affairs, Mohamed Trabelsi. / AFP PHOTO / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images)

Il y a 136 mille enfants, soit 9,5% d'entre eux qui travaillent actuellement en Tunisie, selon les derniers chiffres de l'Institut national de la statistique (INS). La plupart de ces enfants sont issus du Nord et du Centre-Est du pays, a indiqué le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi dénonçant une "exploitation économique" de ces derniers.

Le ministre a indiqué également que leur travail es dangereux car ils sont employés dans des secteurs comme celui des mines ou les transports.

Mohamed Trabelsi insiste sur la nécessité de mettre une place une stratégie globale pour enrayer le phénomène avant qu'il s'amplifie davantage.

En avril 2017, le ministère des Affaires sociales en collaboration le Bureau international du travail (BIT) a lancé le projet "Ensemble contre le travail des enfants en Tunisie" qui s'échelonnera de 2017 à 2020.

Naïma Zaghdoudi, coordinatrice nationale du projet a souligné que les secteurs les plus touchés par le phénomène sont l'agriculture, les petits ateliers de menuiserie, les garages (de mécaniciens), les coiffeurs et également le travail domestique pour les petites filles.

En novembre 2017, le délégué général de l’enfance, Mehyar Hamadi, a révélé que 12 mille signalements sur des situations d'enfants en danger ont été enregistrés en 2017 dont des situations où les enfants sont exploités économiquement.

Moez Cherif, président de l’Association Tunisienne de Défense des Droits de l'Enfant, estime, qu' "Il n'a y a pas de travail pour les enfants, c'est de l'exploitation", en ajoutant que la fragilité de la structure familiale figure parmi les principaux facteurs de ce phénomène.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.