MAROC
19/12/2017 12h:56 CET

Après l'agression de Casablanca, les chauffeurs de bus de Rabat sensibilisés aux violences contre les femmes

Un atelier de sensibilisation aux violences contre les femmes pour les chauffeurs de bus de Rabat
Un atelier de sensibilisation aux violences contre les femmes pour les chauffeurs de bus de Rabat

VIOLENCES - Suite à l'onde de choc créée par la diffusion, en août dernier, de la vidéo d'une agression sexuelle survenue dans un bus de Casablanca, le ministère de la Famille, de la Solidarité, de l’Égalité et du Développement social s'active pour sensibiliser aux violences contre les femmes.

Dans le cadre de la 15e campagne nationale de lutte contre la violence à l’égard des femmes, organisée du 24 novembre au 20 décembre, sous le thème "Tous contre la violence, dénoncez-la", le ministère a organisé, mardi 19 décembre à Rabat, un atelier de sensibilisation au profit des chauffeurs de la société de transport urbain Stareo.

Cet atelier vise à sensibiliser les chauffeurs de bus quant au danger de la violence à l'égard des femmes, notamment dans le transport urbain, à approfondir le débat autour de ce phénomène afin d'aboutir à des recommandions permettant de mettre fin à ce fléau, et à impliquer les employés de cette société dans la prise de décisions opérationnelles pour lutter contre ce phénomène au niveau local.

Les chauffeurs, premiers responsables de la sécurité des passagers

S'exprimant à cette occasion, le responsable de formation dans cette société, Ali El Oualili, a indiqué que la violence à l'égard des femmes s'exerce plus dans les lieux publics mixtes, notamment les bus urbains, notant que la société considère ses employés comme les premiers responsables de la sécurité des passagers, ce qui nécessite de renforcer leur sensibilisation.

"La sensibilisation prend plusieurs formes, dont l'organisation des ateliers de formation et la distribution des affiches et des circulaires qui attirent l'attention sur la gravité de ce problème", a-t-il ajouté.

De son côté, Bouchra Merouani, responsable à la direction de la femme, relevant du ministère, a souligné que la violence et le harcèlement à l'égard des femmes s'accentuent dans les bus de transport en commun.

Une campagne de sensibilisation multi-supports

Le ministère travaille par ailleurs sur le projet de loi 103.13 relatif à la lutte contre la violence à l'égard des femmes, adopté par la Chambre des représentants, a-t-elle indiqué, notant que ce projet de loi insiste sur le principe de sanctionner les auteurs de harcèlement et de violence à l'égard des femmes dans les lieux publics.

Selon des données communiquées lors de cette rencontre, en 2016, plus de 6.599 cas de violence physique ont eu lieu dans les lieux publics, soit 73,54% des cas de violence enregistrés.

Initiée dans l'objectif d’approfondir le débat sur le phénomène de la violence faite aux femmes et d’élaborer des propositions et des plans d’action régionaux pour aboutir à un espace public sans violence, cette campagne nationale comprend notamment la diffusion de spots publicitaires, via la télévision et la radio, une campagne d'affichage sur les bus et l’organisation de colloques nationaux et régionaux.

LIRE AUSSI: L'agression sexuelle d'une jeune fille dans un bus indigne la toile