MAROC
18/12/2017 13h:11 CET

Jason Priestley raconte la fois où il a mis "son poing dans la figure" de Harvey Weinstein

Jason Priestley raconte la fois où il a mis "son poing dans la figure" de Harvey Weinstein
REUTERS
Jason Priestley raconte la fois où il a mis "son poing dans la figure" de Harvey Weinstein

HARVEY WEINSTEIN - Les dénonciations contre le producteur américain se poursuivent. Harvey Weinstein, accusé de viols, d'agressions et de harcèlement sexuels, s'est fait beaucoup d'ennemis à Hollywood, dont l'acteur de 48 ans Jason Priestley, éternel "Brandon" de la série américaine des années 1990 "Beverly Hills 90210".

Dans une série de tweets, publiés ce vendredi 15 décembre, l'acteur revient sur une rencontre très tendue avec le producteur américain, lors d'une soirée organisée par sa société de production Miramax, en 1995, après la cérémonie des "Golden Globes".

"Harvey m'a dit que je devais partir", raconte-t-il. "J'étais donc sur le départ lorsqu'il m'a attrapé le bras et m'a demandé 'qu'est-ce que tu fais?'. Je lui ai répondu 'tu m'as dit de partir, je pars'".

Dans un second tweet, il détaille: "'Je n'ai jamais dit que tu devais partir', a-t-il répondu. 'Mais tu viens de me dire que je devais partir, à l'instant...' je lui ai répété. Cela commence à m'agacer. Il me serre le bras plus fermement et dit 'pourquoi est-ce que nous n'irions pas dehors pour en parler'. C'est tout ce que je voulais entendre".

"'Je ne vais nulle part avec toi', lui ai-je rétorqué pendant que je le repoussais en lui collant mon poing dans la figure. Puis tout d'un coup, des gardes du corps ont surgi pour nous séparer, et j'ai été escorté de la soirée...".

Ces tweets ont été postés en réponse à l'actrice Mira Sorvino, "blacklistée" par Harvey Weinstein lui-même, afin qu'elle ne puisse pas obtenir de rôle dans le "Seigneur des Anneaux". Cette révélation a été faite par Peter Jackson, puis confirmée par l'actrice Ashley Judd, figurant également sur cette "liste noire". "Je me souviens de Miramax nous disant qu'il était très difficile de travailler avec elles, et que nous devions les éviter à tous prix. C'était probablement en 1998. A l'époque, nous n'avions aucune raison de douter de ce que ces gens nous disaient", a dévoilé Peter Jackson, le réalisateur de la saga.

Dans son tweet, Mira Sorvino a écrit: "J'ai vu ça juste après m'être réveillée, j'ai éclaté en sanglots. Voilà, il existe bel et bien une confirmation que Harvey Weinstein a voulu détruire ma carrière, ce que je suspectais, mais je n'étais pas sûre. Merci Peter Jackson d'avoir été honnête. J'en ai la nausée".

LIRE AUSSI:Harvey Weinstein aurait tenté de "sévir" au Festival de Marrakech, rapporte Paris Match