ALGÉRIE
18/12/2017 13h:40 CET | Actualisé 18/12/2017 15h:26 CET

Taisez-vous les hommes, avant de parler, demandez-nous d'abord pardon.

Ain el Fouara, Setif.
Dan Sloan Creative Commons
Ain el Fouara, Setif.

Les images suffisent à elles-mêmes. Leur violence est insupportable. Un homme qui a l’air d’être mentalement déséquilibré, muni d’un marteau et d’un burin, défonce rageusement mais avec détermination les seins d’une statue de femme nue. Il a déjà fini de ravager le visage.

Il y a des actes qui font pleurer la pierre, dit un proverbe arabe. Et aujourd’hui j’ai pleuré cette femme en pierre. J’ai pleuré de la voir attaquée aussi sauvagement, j’aurais voulu pouvoir la défendre, la prendre dans mes bras, la consoler, lui demander pardon.

Je ne suis pas Sétifienne, je n’ai pas de relation particulièrement sentimentale à cette oeuvre d’art, je suis même incapable de la voir autrement que comme une femme sauvagement attaquée, à qui on arrache le visage et les seins.

Mais je n’ai pas même fini de sécher mes larmes que j’entends les hommes, déjà en bataillons, armés au mieux d’arguments vaseux, mais plus souvent d’inepties, d’invectives et d’appels au meurtre, se mettre en ordre de bataille.

Il y a les idiots qui disent: pourquoi donc vous indigner pour un bout de pierre alors que les humains subissent bien pire.

Il y a les crétins qui disent: notre magnifique religion nous dicte de ne pas laisser la nudité souiller nos regards purs.

Il y a les irresponsables qui disent: exterminez les islamistes, ils sont la source de tous les maux.

Il y a les imbéciles qui disent: c’est bien la preuve que les Algériens sont des barbares et des sauvages.

Il y a les fourbes qui disent: cette attaque ne devrait pas susciter autant d’indignation car elle sera “instrumentalisée” par les racistes.

Et moi je vous dis: taisez-vous les hommes. Taisez-vous tous. La violence contre les femmes est la chose la mieux partagée par les hommes de ce pays, qu’ils soient obscurantistes ou illuminés.

Taisez-vous et avant de parler, demandez-nous d’abord pardon pour ce que cet abruti a fait.

Demandez-nous pardon pour ce que nous font tous les jours vos frères. Oui il a l'air fou cet homme avec son marteau et son burin. Mais pourquoi les fous de ce ce pays ne s’en prennent jamais qu’aux femmes?

Parce que même les fous savent que dans ce pays on peut taper comme on veut sur les femmes, l’impunité règne.

Taisez-vous et avant de parler soyez plus nombreux à courir à notre secours lorsque nous sommes agressées dans les rues de ce pays.

Taisez-vous et soyez plus nombreux à voler au secours de vos voisines battues pendant que vous gardez le silence, lâches et complices.

Taisez-vous et que celui qui n’a jamais battu sa femme, sa soeur ou sa fille lève la main.

Si vous ne voulez pas que la “violence contre les femmes” soit instrumentalisée, comme vous dites, battez-vous pour que ça s’arrête au lieu de faire semblant que ça n’existe pas ou si peu.

Ce qu’ils nous font est possible parce que vous les laisser faire.

Une amie émue m’a racontée aujourd’hui, qu’à Sétif, lorsque la statue dynamitée par les GIA pendant les années 90 avait été restaurée, les Sétifiennes sont venues en grand groupe le soir, les grands-mères aux premiers rangs, lui mettre du henné sur les cheveux. Ce soir, elles doivent toutes la pleurer. Leur soeur de pierre.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.