MAROC
18/12/2017 14h:17 CET

Après la rumeur de la suspension des MEDays, Brahim Fassi Fihri s'explique (ENTRETIEN)

Après la rumeur de la suspension des MEDays, Brahim Fassi Fihri s'explique (ENTRETIEN)
Facebook
Après la rumeur de la suspension des MEDays, Brahim Fassi Fihri s'explique (ENTRETIEN)

ÉCONOMIE - Une information publiée par le magazine "Economie et Entreprises" dans sa rubrique "confidentiel" a annoncé la "fin de l’aventure MEDays". Citant "des sources proches d’Amadeus", le magazine a précisé que la raison serait liée à la suspension par le ministère des Affaires étrangères de son appui au cycle de conférences de cet événement ainsi qu’au "manque de financements locaux et internationaux".

Une information qui n’est pas passée inaperçue. Le président fondateur de l'Institut Amadeus, Brahim Fassi El Fihri, a publié un démenti sur sa page Facebook. Tandis que le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Nasser Bourita, a précisé dans une déclaration au site Al Aoual que son département n’a jamais sponsorisé l’événement et que ce dernier n’a jamais fait de demande dans ce sens à son département.

Au HuffPost Maroc, Brahim Fassi El Fihri déclare non seulement que l’événement des MEDays se poursuivra, mais que Amadeus réfléchit à son amélioration pour une prochaine décennie. Dans cet entretien, il nous explique les raisons de la pérennité de l’événement et dénonce les rumeurs visant, selon lui, à porter atteinte à ce forum.

HuffPost Maroc: Quel sentiment évoque en vous cette rumeur sur la suspension des MEDays?

Brahim Fassi Fihri: Depuis dix ans, j’en ai vu de toutes les couleurs. Mais, honnêtement, je ne m’attendais pas à ce genre de "fake news", surtout après le succès de la 10ème édition du Forum international MEDays qui s’est déroulée du 8 au 11 novembre à Tanger. Plusieurs personnalités de premier plan y ont participé, dont le président de la Guinée Conakry et de l’Union africaine (UA), Alpha Condé, qui en a été l’invité d’honneur. Sa présence a été d’une grande symbolique, pour nous, car le Maroc venait de marquer son retour au sein de l’UA et quelques jours après se tenait le Sommet UA-UE.

La question de la pérennité n’a jamais été posée pour les MEDays. Et ce que je trouve d’autant plus surprenant dans la rumeur, c’est qu’on fasse illusion à un supposé soutien financier du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération qui n’existe pas et qui n’a jamais existé. Et le ministre l’a lui-même démenti.

Question pérennité, justement, est-ce que vos sponsors continuent de vous soutenir pour de prochaines éditions?

Sans sponsors, nous ne pouvons pas organiser d’événement, surtout lorsqu’on est une association à but non lucratif comme l’est Amadeus. Nous faisons appel à plusieurs sponsors, certains sont historiques et d’autres s’ajoutent d’année en année. Nous avons aussi des partenariats de longs termes. Et parmi nos sponsors, il y a des entreprises publiques qui sont connues que nous affichons. Il n’y a pas de problématique de financement, mais l’événement reste tributaire de sponsors qui supportent le produit qu’ils connaissent. Plusieurs entreprises sponsorisent le forum parce que c’est aussi un bénéfice pour elles notamment celles qui se développent en Afrique.

Les coûts de l’événement sont, par ailleurs, optimisés. Je peux vous assurer que, pour cet événement qui reçoit 4500 personnes sur 4 jours à Tanger, le coût de la conférence est beaucoup moins cher que d’autres au Maroc subventionnées par de grandes entreprises publiques. Je ne préfère pas communiquer sur un chiffre, par obligation de confidentialité auprès de nos sponsors.

Que représente, selon vous, le Forum MEDays?

Pour nous, MEDays représente une marque marocaine et un événement panafricain qui a acquis une grande valeur en Afrique. Les retombées médiatiques des MEDays en Afrique sont considérables. C’est le seul forum non gouvernemental qui reçoit des personnalités africaines et mondiales de premier plan depuis dix ans au Maroc. Il n’y a pas d’autres événements du genre au plan national. Il n’y a pas non plus d’événement qui, dans leur ADN, permet un échange direct entre étudiants et chefs d’Etats. C’est une forte valeur pédagogique dont nous sommes fiers aux MEDays qui reçoit, chaque année, entre 1500 et 2000 étudiants. Nous ne sommes pas un club de conférenciers, mais un événement dont le pari a été l’ouverture depuis le début. Le taux de renouvellement des intervenants que connait l’événement fait aussi exception. Ce n’est pas le cas de toutes les conférences où nous constatons la présence des mêmes intervenants.

Estimez-vous que vous faites l’objet d’attaques personnelles?

Je constate qu’après dix ans et une relative accalmie des attaques que subissaient Amadeus et moi à titre personnel depuis deux ou trois ans ont repris. Est-ce la rançon du succès? En tout cas, je peux réaffirmer que le forum continuera son chemin et nous ouvrons la réflexion autour de l’innovation à apporter aux MEDays après sa première décennie.

Je ne cherche pas de reconnaissance, mais je ne veux pas qu’on rabaisse la marque et le travail fait par Amadeus et MEDays depuis dix ans parce que le Forum a pris sa place et démontré son utilité pour le Maroc. Je trouve malsain de devoir à chaque fois justifier et expliquer une chose qui réussit. Je rappelle aussi que Amadeus n’est pas une institution publique, mais une initiative privée.

LIRE AUSSI: