TUNISIE
14/12/2017 13h:40 CET | Actualisé 14/12/2017 13h:41 CET

À part le cannabis, les jeunes tunisiens se tournent vers d'autres drogues comme l'ecstasy alerte cette étude

heroin and drug takingheroin and drug takingheroin and drug takingheroin and drug takingDrug syringe and cooked heroinDrug syringe and cooked heroin
piotr290 via Getty Images
heroin and drug takingheroin and drug takingheroin and drug takingheroin and drug takingDrug syringe and cooked heroinDrug syringe and cooked heroin

L'association tunisienne de prévention de la toxicomanie a publié jeudi une étude sur la consommation de drogues en Tunisie. Cette étude a été faite sur un échantillon de 7400 élèves âgés de 15 à 17 ans et auprès de 3027 établissements éducatifs publics et privés.

Elle montre que 3.8% des garçons ont consommé, au moins une fois dans leur vie, le cannabis contre 0.2% pour les filles. 1% des garçons ont utilisé des médicaments neurotoxique contre 1.1% pour les filles. Ils sont 0.4% des garçons a avoir pris de la cocaïne, et 1.2% de l'ecstasy alors que les filles avancent qu'elles n'ont jamais pris ces substances.

L'étude montre également que 17.7% de ces consommateurs se fournissent à l'intérieur de leur établissement éducatif contre 33.3% qui disent le faire à l'extérieur.

Le cannabis reste la substance la plus consommée chez cette catégorie de jeunes malgré l'augmentation de son prix mais l'étude montre également l'émergence d'autres drogues.

L'Institut tunisien des études stratégiques (ITES) a abondé récemment dans ce sens en mettant en garde contre l'apparition de drogues synthétiques et d'ecstasy importée de l'étranger. Ce trafic profite de la conjoncture régionale et sécuritaire du pays. L'ITES a également alerté sur l'augmentation en Tunisie des crimes liés à l'usage de ces drogues.

Malgré ce cri d'alarme, l'ITES avance que la Tunisie demeure toutefois un pays de transit et non de consommation et de production de drogues.

Appel à renforcer la prévention

Le ministre de la Santé, Imed Hammami a admis de son côté l'augmentation de la consommation de drogues dans le milieu éducatif en Tunisie, tout en annonçant l'ouverture prochaine du centre de désintoxication de Djebel Oust et de Sfax.

Le ministre a souligné qu'une stratégie de prévention du phénomène sera mise en place en collaboration avec le ministère de l'Éducation et le ministère de la Jeunesse et des sports, et avec la société civile.

L'ITES appelle de son côté à réformer l'arsenal législatif relatif aux drogues ainsi que le mise en place d'une stratégie globale ciblant les jeunes et qui englobe l'aspect psychologique, social et culturel.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.