MAROC
14/12/2017 12h:06 CET | Actualisé 14/12/2017 12h:23 CET

La Banque mondiale prête 172 millions d'euros pour développer Casablanca

Getty Images/iStockphoto
Un prêt de 172 millions d'euros pour développer Casablanca

DÉVELOPPEMENT - La Banque mondiale a approuvé, jeudi 13 décembre, un prêt de 172 millions d'euros (soit environ 1,9 milliard de dirhams) pour soutenir le développement urbain de Casablanca. Selon un communiqué de la Banque mondiale, c'est "la première opération de prêt à l’échelon infranational réalisée au Maroc" depuis vingt ans.

Ce programme d’appui à la capitale économique du royaume "s’inscrit dans la continuité du Plan de développement du Grand Casablanca (PDGC), lancé en 2014 avec l’objectif de stimuler l’attractivité et la compétitivité économique de la ville".

L'enveloppe budgétaire servira à répondre aux attentes des Casablancais "qui réclament davantage d’efficacité des services urbains", explique Marie Françoise Marie-Nelly, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb. "Il est capital d’aider au renforcement institutionnel et financier de la municipalité ainsi qu’à la réduction des inégalités entre les quartiers", écrit-elle dans le communiqué.

La commune de Casablanca, qui concentre 12% de la population et contribue au PIB national à hauteur de 20%, pourra ainsi s'appuyer sur ce financement pour "renforcer les capacités d’investissement de la ville", en améliorant notamment le climat des affaires. Cela devra passer par l'informatisation des procédures commerciales, l'accroissement de la transparence de l’administration, et la réduction des délais d’obtention des autorisations (permis de construire ou autorisations commerciales notamment), précise le communiqué.

Le programme vise également à améliorer les conditions de vie des habitants des quartiers défavorisés, en leur donnant accès aux services de base. Un mécanisme de traitement des plaintes des Casablancais sera aussi mis en place "pour accroître la responsabilité de la municipalité et les retours d’information des citadins sur la gestion de la ville".

"En tant que première agglomération et capitale économique du pays, le Grand Casablanca incarne les défis et les opportunités de l’urbanisation du Maroc", souligne Augustin Maria, spécialiste senior du développement urbain à la Banque mondiale et chef d’équipe du projet. Si les résultats sont concluants pour Casablanca, le programme pourrait ensuite être déployé dans d'autres villes du pays.

LIRE AUSSI: