ALGÉRIE
13/12/2017 07h:47 CET | Actualisé 13/12/2017 07h:55 CET

Promotion de Tamazight: L'université de Bouira fermée temporairement suite aux affrontements entre policiers et étudiants

Capture d'écran

L'université Akli Mohand Oulhadj de Bouira a temporairement suspendu mercredi 13 décembre toute activité pédagogique et scientifique suite à des affrontements entre des étudiants et la police sur fond de manifestations la promotion de Tamazight ces derniers jours.

"Le Conseil de l'université [...] a décidé à l’unanimité de suspendre les études et toutes les activités pédagogiques et scientifiques ainsi que toute forme d’événement, à partir du 13 décembre 2017 et de façon temporaire", a indiqué un communiqué du conseil de l’université de Bouira publié mardi.

A l'instar de Tizi Ouzou, Béjaïa ou encore Batna, la ville de Bouira a connu ces derniers jours des manifestations suite au rejet par la commission des finances du parlement d'un amendement à la loi de finances 2018. La révision, proposée par des députés du Parti des Travailleurs, a consisté en l'introduction d'un article pour exiger de l'Etat de veiller à la promotion et la généralisation de l'enseignement de Tamazight.

Des vidéos publiées sur Facebook mardi ont montré des affrontements entre des éléments de la police anti-émeutes et des étudiants à l'entrée de la faculté de droit de l'université de Bouira. Les images montrent des agents en train de jeter des pierres sur des étudiants amassés à l'intérieur. On y voit également un drapeau berbère accroché en haut du portail, juste en dessous du drapeau algérien.



"Les événements qu'a connus l'université ces derniers jours sont dépourvus de tout sens de responsabilité", a affirmé le communiqué de l'université. "Les comportements regrettables au sein de l'université se sont éloignés des traditions de l'université et ont été traînés derrière des idées éloignées de la mission de l'université", ajoute-t-on.

Le conseil a par ailleurs appelé à "appliquer la loi dans toute sa rigueur sur toute personne impliquée dans la perturbation de l'ordre général de l'université".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.