TUNISIE
13/12/2017 04h:56 CET | Actualisé 13/12/2017 05h:14 CET

Ennahdha, Nidaa Tounes et l'UPL demandent le report des élections municipales

A Tunisian man casts his vote on December 21, 2014 at a polling station Ariana near Tunis. The second round vote pits 88-year-old favourite Beji Caid Essebsi, leader of the anti-Islamist Nidaa Tounes party, against incumbent Moncef Marzouki, who held the post through an alliance with the moderate Islamist movement Ennahda. AFP PHOTO / FETHI BELAID        (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images)
FETHI BELAID/AFP/Getty Images
A Tunisian man casts his vote on December 21, 2014 at a polling station Ariana near Tunis. The second round vote pits 88-year-old favourite Beji Caid Essebsi, leader of the anti-Islamist Nidaa Tounes party, against incumbent Moncef Marzouki, who held the post through an alliance with the moderate Islamist movement Ennahda. AFP PHOTO / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images)

Les représentants d’Ennahdha, de Nidaa Tounes et de l’Union patriotique libre (UPL) ont demandé le report des élections municipales fixées pour le 25 mars 2018 lors de leur rencontre ce mardi avec les membres de l’ISIE.

C’est ce qu’à notamment déclaré à l’agence TAP, Adel Brinsi, membre de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE).

D’après lui, l’instance a adressé aujourd’hui une correspondance à la présidence du gouvernement lui demandant de publier le calendrier électoral au JORT.

De même qu’une correspondance à la présidence de la République pour la publication du décret présidentiel portant convocation des électeurs à l’élection municipale.

Selon Brinsi, l’ISIE a également décidé d’organiser une réunion à partir de la semaine prochaine avec les différentes parties concernées par les élections municipales pour présenter à l’opinion publique les diverses positions sur l’échéance municipale et le climat électoral général.

Brinsi affirme que l’ISIE est prête à organiser les élections municipales à la date prévue du 25 mars 2018. L’ISIE ne changera cette date que si une majorité le demande, a-t-il insisté.

L’ISIE a également rencontré mardi les représentants de 15 partis dont une majorité dans l’opposition, a-t-il ajouté. Il s’agit notamment d’Ettakatol, du mouvement Echaab et du parti Al Bina. Ces partis demandent le maintien de la date du 25 mars 2018 pour l’organisation des élections municipales.

Brinsi rappelle que l’ISIE a rencontré le week-end dernier, d’autres partis dont le mouvement Machrou Tounes et Afek Tounes pour discuter de la préparation de l’Instance à cette échéance. Pour lui, l’Instance électorale ne se laisse pas entraîné par les tiraillements politiques sur la date des municipales.

L’ISIE, a-t-il dit, attend la publication du calendrier électoral des municipales au JORT dans les plus brefs délais et celui du décret présidentiel portant convocation des électeurs au vote.

Le décret présidentiel doit être publié avant le 24 décembre 2017 à défaut de report des élections municipales fixées pour le 25 mars 2018.

Dix partis politiques, réunis, mardi, ont appelé l’ISIE à organiser, dans les plus brefs délais, une réunion de concertation avec tous les partis pour définir la feuille de route pour les élections municipales.

Dans une déclaration, publiée à l’issue d’une réunion dans les locaux du parti Afek Tounes, les dix partis rappellent les réserves émises à propos de la publication par l’ISIE du calendrier des municipales prévues le 25 mars 2018, sans avoir consulté au préalable les partis politiques et les différentes parties concernés par cette échéance électorale.

Repoussées trois fois, les élections étaient initialement prévues pour octobre 2016, mais elles ont été reportées à mars 2017 puis à décembre 2017 en raison de divers facteurs logistiques et politiques.

En octobre dernier, l'ISIE a dévoilé lors d'une conférence de presse que la date définitive des municipales sera prévue pour le 25 mars 2018.

Chaque mois de retard sur la tenue des élections municipales à compter du décembre prochain coûterait 1 million 300 mille dinars, selon les prévisions de l’Instance Supérieure Indépendante des Elections (ISIE) qui emploie 1025 cadres et agents.

LIRE AUSSI: L'ISIE n'écarte pas un éventuel report de la date des municipales

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.