ALGÉRIE
11/12/2017 09h:48 CET | Actualisé 11/12/2017 09h:49 CET

Une délégation bahreïnie à Jérusalem empêchée d'accéder à Al Aqsa

Capture ecran

Une ONG de Bahreïn a annoncé avoir organisé une visite de certains de ses membres à Jérusalem pour promouvoir la "tolérance religieuse" en pleine vague de protestations contre une décision américaine de reconnaître cette ville comme capitale d'Israël.

L'organisation "This is Bahrain", qui affirme avoir eu le soutien du roi Hamad ben Issa Al-Khalifa de Bahreïn, a insisté sur le fait que cette visite ne revêtait aucun caractère officiel.

Il s'agit de la première visite d'une délégation bahreïnie en Israël, un pays avec lequel Manama, comme la plus grande partie des capitales arabes, n'entretient pas de relations.

Selon des informations publiées dans les médias palestiniens, la délégation a été interdite dimanche d'accès à la mosquée Al-Aqsa, troisième lieu saint de l'islam, située dans la Vieille ville de Jérusalem.

Le rabbin Abraham Cooper, un des responsables du centre Simon Wiesenthal de lutte contre l'antisémitisme et le racisme, à l'origine de la visite, a expliqué dans une interview téléphonique à l'AFP que la délégation de Bahreïn était composée de 25 responsables religieux.

"Environ un tiers d'entre eux sont musulmans, il y a des chrétiens et deux bouddhistes, a-t-il dit. "Il ne s'agit pas d'une visite politique donc il n'y a pas eu de demande de rencontres politiques", a-t-il ajouté.

La visite, annoncée dans la nuit de dimanche à lundi par l'agence de presse officielle de Bahreïn BNA, a provoqué une vague d'indignation sur les réseaux sociaux.

Bahreïn n'entretient pas, à l'instar de la majorité des pays arabes, des liens diplomatiques avec Israël.

Les médias israéliens ont publié dimanche des photos des membres de la délégation en visite à Jérusalem au moment où avaient lieu, dans de nombreux pays arabes et musulmans, des manifestations de colère contre la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

Le mouvement BDS (Boycott, Divestment and Sanctions) qui appelle au boycott d'Israël pour protester contre l'occupation des Territoires palestiniens a "fermement" condamné cette coopération entre le "régime despotique de Bahreïn (et) le régime israélien d'occupation et d'apartheid."

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.