MAROC
12/12/2017 06h:11 CET

Automobile: Plus de 3 fois et demi le chiffre d'affaires de l'ONCF pour relancer l'écosystème

AIC PRESS

IMPLANTATIONS - Gros coup d’accélérateur donné à l’industrie automobile. Après l’annonce de l'implantation prochaine d’un troisième constructeur, le Chinois BYD qui s’installera à Tanger, 26 nouveaux investissements dans le secteur ont été signés ce lundi au palais royal à Casablanca. Il s’agit de 26 nouvelles usines qui seront lancées pour un coût d’investissement global avoisinant les 14 milliards de dirhams, soit plus de trois fois et demi ce que réalise l'ONCF en chiffre d'affaires, avec à la clé la création de plus de 11.500 emplois. "Le Maroc a un message important à faire passer: nous sommes une plateforme de production automobile incontournable. Nous avons accéléré sur ce secteur parce que nous avons une fenêtre de tir. C’est maintenant ou jamais!", a déclaré Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique.

Dans le détail, ces conventions concernent quatre écosystèmes: Renault, PSA-Citroën, Valeo et l’écosystème du câblage et connectique qui représente à lui seul 3,3 milliards de dirhams d’importations. Ainsi, 7 investissements viendront renforcer l’écosystème de Renault à Tanger, 12 autres celui de PSA à Kénitra, 2 investissements permettront à Valeo de se diversifier tandis que 5 investissements seront consacrés au câblage et connectique. "Ce ne sont pas des intentions, mais des projets ficelés. Ce sont des opérateurs lourds qui ont, pour certains, la taille d’un constructeur et qui ont déjà acheté le terrain pour lancer leur projet", précise Moulay Hafid Elalamy.

100 milliards de dirhams d'exportation à horizon 2020

Ces nouvelles usines permettront ainsi au Maroc d’atteindre ses objectifs en termes d’intégration industrielle et d’exportation qui sont de respectivement 65% et 100 milliards de dirhams à horizon 2020. Rien qu’avec Renault, le taux d’intégration avoisine déjà les 55% contre les 65% prévus tandis qu’il dépasse 60% chez PSA qui table sur 85% dès le lancement de l’usine des moteurs. Côté exportations, les deux constructeurs sont en avance sur leurs objectifs concernant l’achat de pièces détachées. Renault a atteint 11 milliards d’achats sur les 22 milliards visés et PSA a dépassé les 6,6 milliards de dirhams sur les 11 milliards fixés comme objectif.

Avec sa restructuration en écosystèmes métiers et la mise en place de dispositifs d’appui et de financement adaptés, le secteur automobile est en train d’atteindre la taille critique qui attirera les équipementiers et permettra aux investisseurs asiatiques de produire au Maroc et d’exporter à l’international. À noter que ces écosystèmes ont permis la création de plus de 80.597 emplois, soit 90% de l’objectif à horizon 2020. Ils ont généré en 2016, un chiffre d’affaires à l’export de 60 milliards de dirhams, soit une hausse de 50% par rapport à 2014.

La cérémonie de signature des 26 investissements dans l’industrie automobile s’est déroulée le 11 décembre à Casablanca sous la présidence du roi Mohammed VI. Il s’agit de 5 documents signés portant sur 4 écosystèmes. Voici le détail des conventions.

L’écosystème de Renault sera consolidé par l’implantation de 7 usines:

- Une unité coréenne de production de jantes en aluminium qui sera installée sur un terrain de 20 hectares.

- Deux unités italiennes, l’une pour la production de mousse pour sièges et une pour la fabrication d’éléments filtrants

- Trois unités françaises spécialisées dans l’étanchéité de l’automobile, l’emboutissage ainsi que les injections plastiques.

- Une unité indienne d’éclairage électronique

PSA-Citroën concentre le plus gros des investissements avec:

- Une unité chinoise de production de jantes en aluminium. Selon le ministre de l’Industrie, il s’agit du leader mondial qui sera installé à Tanger Tech sur un terrain de 20 hectares.

- Une unité chinoise de production de compresseurs pour la climatisation

- Deux unités américaines de transmission et direction assistée et de confection des sièges

- Deux unités espagnoles dont l’une produit des rétroviseurs extérieurs et l’autre réalise de l’emboutissage.

- Trois unités françaises spécialisées dans la fabrication de pare-chocs, de composants plastiques et de réalisation de l’intérieur des véhicules

- Une unité italienne de fabrication des boites électromécaniques

- Une unité japonaise spécialisée dans la direction assistée

- Une unité coréenne qui fabrique des câbles de contrôle

Déjà présent au Maroc, l’équipementier Valeo se dote de son propre écosystème avec l’implantation d’une unité française d’éclairage électronique et d’une unité espagnole spécialisée dans les systèmes d’étanchéité.

5 autres conventions ont été également signées dans le cadre de l’écosystème du câblage et de la connectique, une filière "consommée" par tous les secteurs que ce soit l’automobile, l’aéronautique ou le ferroviaire. Une unité américaine spécialisée dans la fabrication de connecteurs des véhicules commerciaux et industriels viendra renforcer le secteur ainsi que quatre entreprises de câblage, principalement japonaises.

LIRE AUSSI: