ALGÉRIE
10/12/2017 06h:38 CET

Heurts lors d'une manifestation près de l'ambassade américaine au Liban

Protesters riding a motorcycle carry flags and gesture during a demonstration against potential U.S. strikes on Syria, near the U.S. embassy in Awkar, north of Beirut, September 7, 2013. U.S. officials ordered non-emergency personnel and their family members out of Lebanon on Friday "due to threats," the U.S. embassy in Beirut said in statement. REUTERS/Hasan Shaaban (LEBANON - Tags: CIVIL UNREST POLITICS)
Hasan Shaaban / Reuters
Protesters riding a motorcycle carry flags and gesture during a demonstration against potential U.S. strikes on Syria, near the U.S. embassy in Awkar, north of Beirut, September 7, 2013. U.S. officials ordered non-emergency personnel and their family members out of Lebanon on Friday "due to threats," the U.S. embassy in Beirut said in statement. REUTERS/Hasan Shaaban (LEBANON - Tags: CIVIL UNREST POLITICS)

Les forces de sécurité libanaises ont fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau dimanche lors d'une rare manifestation près de l'ambassade des Etats-Unis contre la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël.

Plusieurs centaines de manifestants pro-palestiniens se sont rassemblés près de l'ambassade américaine située dans la localité de Awkar, au nord de la capitale Beyrouth, a constaté un correspondant de l'AFP.

Ils ont été empêchés d'atteindre le complexe par une porte métallique qui barrait le chemin menant à l'ambassade, et les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes et fait usage de canons à eau pour repousser les manifestants.

Plusieurs personnes ont été blessées par des pierres et des gaz lacrymogènes.

Les manifestants, qui brandissaient des drapeaux palestiniens et libanais et portait des keffiehs palestiniens à carreaux noir et blanc, ont scandé des slogans contre le président américain Donald Trump, qui a reconnu mercredi Jérusalem comme la capitale d'Israël.

Un groupe de manifestants a brûlé une effigie de M. Trump, dont la décision a marqué une rupture spectaculaire avec des décennies de diplomatie américaine et internationale.

Parmi les manifestants se trouvaient des membres de groupes palestiniens ainsi que des islamistes et des partisans de la gauche libanaise.

Des centaines de milliers de réfugiés palestiniens vivent au Liban, y compris ceux qui ont fui ou ont été expulsés de leurs maisons après la création d'Israël en 1948, ainsi que leurs descendants.

Israël a occupé le sud du Liban pendant 22 ans avant de retirer ses troupes en 2000, mais les deux pays restent techniquement en guerre.

En 2006, Israël a mené une guerre dévastatrice contre le Hezbollah au Liban, qui a tué plus de 1.200 Libanais, pour la plupart des civils, et 120 Israéliens, en majorité des soldats.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.