ALGÉRIE
10/12/2017 05h:53 CET | Actualisé 10/12/2017 05h:54 CET

"Les Etats-Unis ne sont plus médiateurs dans le conflit", selon Louai Aissa, ambassadeur de la Palestine à Alger

Archives

Le refus de la Palestine de recevoir le vice-président des Etats-Unis, Mike Pence est une conséquence directe à la décisiondu président américain de transférer l'ambassade de son pays de Tel Aviv à Jerusalem ( Al Qods). Les palestiniens affirment qu'aucune "menace" ne pourra, désormais, "révoquer" cette décision.

Dans une déclaration à la Chaine 3 de la radio algérienne, l'ambassadeur de la Palestine à Alger, Louai Aissa, affirme que "la menace d’embargo brandie par les Américains ne peut faire fléchir la position l’autorité palestinienne".

Qualifiant la décision américaine de déclarer de manière unilatérale El Qods occupée comme capitale de l'entité israélienne de "dangereuse", M. Louai affirme que "les Etats-Unis ne sont plus médiateurs dans le conflit et qu’ils ne peuvent plus jouer ce rôle". "On ne peut pas, insiste-t-il, nous acheter, ni nous vendre et notre cause n’est pas à monnayer".

Depuis El Qods, le diplomate palestinien appelle la communauté internationale à assumer son rôle. "Pourquoi l’ONU n’applique pas ses résolutions ? Les instances internationales sont-elles impuissantes? Pourquoi l’Etat américain aurait-il plus de droit au point de refuser d’appliquer les décisions du Conseil de sécurité de l’ONU ?", s’est-il demandé avant mettre en garde contre cette dérive autoritaire qui viole le droit international. "Les instances internationales doivent prendre leur responsabilité, au risque de devenir caduques", a-t-il avertit.

Pour rappel, Mahmoud Abbas avait annoncé, samedi, qu’il ne recevra pas le vice-président américain. "Il n'y aura pas de rencontre avec le vice-président américain en Palestine", a déclaré Majdi al-Khalidi, conseiller diplomatique du président Abbas.

De leur côté le pape des orthodoxes au Caire et l'Imam de la mosquée Al Azhar ont annoncé leur annulation de la rencontre de Trump.

Les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe ont appelé, quant à eux, Washington à annuler sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, dans une résolution publiée dimanche matin après une réunion au Caire le samedi.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.