MAROC
08/12/2017 07h:00 CET | Actualisé 08/12/2017 07h:04 CET

Pour Roy Moore, candidat au Sénat soutenu par Trump, la dernière fois que l'Amérique était "grande" c'était à l'époque de l'esclavage

Republican candidate for U.S. Senate Judge Roy Moore speaks during a campaign event in Fairhope, Alabama, U.S., December 5, 2017.  REUTERS/Jonathan Bachman
Jonathan Bachman / Reuters
Republican candidate for U.S. Senate Judge Roy Moore speaks during a campaign event in Fairhope, Alabama, U.S., December 5, 2017. REUTERS/Jonathan Bachman

USA - Parfois, mieux vaut taire sa nostalgie du passé. Roy Moore, candidat républicain au Sénat, a suscité la polémique jeudi 7 décembre après qu'une interview qu'il avait donnée en septembre dernier a émergé sur Twitter. Comme le souligne le Los Angeles Times, le républicain y regrette l'époque temps de l'esclavage.

Alors qu'il est accusé d'attouchements sur mineures et accusé par plusieurs femmes d'agressions sexuelles, celui qui brigue un siège de sénateur de l'Alabama -une élection sénatoriale partielle y est organisée le 12 décembre- ne risque pas d'améliorer sa réputation avec cette histoire ressortie sur Twitter grâce à Eric Columbus, qui a servi dans les départements de la Justice et de la Sécurité intérieure sous l'administration Obama.

"Ça ne s'invente pas: Roy Moore a dit en septembre que la dernière fois que l'Amérique était grande, c'était pendant le temps de l'esclavage".

"En réponse à une question de l'un des seuls Afro-Américains dans l'auditoire -qui a demandé à quelle période Moore pensait que l'Amérique avait été "grande" pour la dernière fois- celui-ci a reconnu que c'était au temps des divisions raciales dans le pays. Il a toutefois déclaré: 'Je pense que c'était génial à l'époque quand les familles étaient unies -même si nous avions l'esclavage- elles se souciaient l'une de l'autre... Nos familles étaient fortes, notre pays avait une direction".

Cette question fait référence au slogan de Donald Trump "Make America Great Again" (Rendre à l'Amérique sa grandeur).

Sur Twitter, les réactions ne se sont pas fait attendre.

"C'est pénible. On dirait qu'on régresse".

"Quelle chose méprisable à dire"

"N'oubliez pas de remonter votre montre de 300 ans en arrière"

"Peut-être parce que beaucoup d'États n'avaient pas d'âge minimum pour le consentement sexuel à ce moment-là

Donald Trump est critiqué y compris dans son parti pour avoir défendu Roy Moore malgré les accusations d'agressions sexuelles qui pèsent contre lui. Lors d'une allocution, il avait répété à plusieurs reprises que Moore "dément totalement". "Vous devez aussi l'écouter lui", avait-il ajouté. Le président a maintenu son soutien alors que plusieurs élus républicains ont demandé à Moore de se retirer de l'élection.

LIRE AUSSI: