ALGÉRIE
08/12/2017 10h:43 CET | Actualisé 08/12/2017 10h:44 CET

Air Algérie n'est pas en faillite mais en difficultés financières, selon le ministre des Transports

An 737 800 Boeing plane of the Air Algerie company takes off, on October 11, 2014 at the Lille-Lesquin airport, northern France.       AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN        (Photo credit should read PHILIPPE HUGUEN/AFP/Getty Images)
PHILIPPE HUGUEN via Getty Images
An 737 800 Boeing plane of the Air Algerie company takes off, on October 11, 2014 at the Lille-Lesquin airport, northern France. AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN (Photo credit should read PHILIPPE HUGUEN/AFP/Getty Images)

Air Algérie "n'est pas en situation de faillite", a affirmé le ministre des transports t des Travaux publics, Abdelghani Zaalane. Pour le ministre la compagnie nationale connaît certes des des difficultés financières mais et qu'elle tente actuellement de surmonter.

Le ministre a précisé à ce propos le plan de développement de la compagnie aérienne est en cours d'élaboration et qu'une nouvelle équipe en charge de ce dossier a été installée depuis environ six mois, ajoutant que la hausse des tarifs d'Air Algérie n'est pas à écarter.

Le syndicat d'entreprise avait dénoncé la semaine dernière une "énième campagne de dénigrement" contre la compagnie nationale. Pour le syndicat affilié à l’UGTA, ces attaques "exogènes" qu’a subies Air Algérie ces derniers jours "sont incongrues et inopportunes". Des attaques dont le but serait "l’installation d’un climat de psychose conduisant à la désaffection des passagers" pour servir les intérêts des compagnies concurrentes.

Le syndicat avait minimisé les problèmes financiers d’Air Algérie en évoquant un contexte et une conjoncture commerciaux difficiles pour toutes les compagnies du monde. "Le transport aérien des passagers vit une crise à l’échelle planétaire, sans qu’on ne soulève dans aucun pays un holà comparable à celui dirigé contre le pavillon national", avait-on expliqué.

Pour rappel, le PDG de la compagnie nationale Air Algérie, M. Bakhouche Allache, avait révélé que le pavillon national risquait de mettre les clefs sous le paillasson si l’excédent d’effectif de 3000 employés n’est pas éliminé. Une alerte qui a poussé le syndicat à réagir et à dénoncer ces déclarations jugées excessives.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.