ALGÉRIE
06/12/2017 06h:54 CET | Actualisé 06/12/2017 07h:21 CET

Macron à Alger: " Je ne suis pas otage du passé"

RYAD KRAMDI via Getty Images
Accueil d'Emmanuel Macron à Alger, le 6 décembre 2017

Emmanuel Macron connait l'histoire mais il a un regard "d'un homme de [sa] génération", a déclaré le président français lors d'un entretien accordé aux quotidiens El Watan et El Khabar publié mercredi 6 décembre, le jour de sa première visite en Algérie en tant que chef d'Etat.

"Je connais l’histoire, mais je ne suis pas otage du passé. Nous avons une mémoire partagée. Il faut en tenir compte. Mais je souhaite désormais, dans le respect de notre histoire, que nous nous tournions ensemble vers l’avenir", a affirmé M. Macron.

Le président français, qui a déclaré en février lors de sa visite alors qu'il était candidat à la présidentielle que la colonisation était un crime contre l'humanité, a indiqué qu'il fait partie "d’une génération de Français pour qui les crimes de la colonisation européenne sont incontestables et font partie de notre histoire".

Tout en affirmant que ces convictions sur ce point n'ont pas changé depuis son élection, il a soutenu que "notre responsabilité n’est pas de rester dans ce passé. Elle est de connaître cette histoire et de construire un avenir commun et une espérance".

Il veut construire un partenariat "d'égal à égal" avec l'Algérie. Un rapport basé sur "construit dans la franchise, la réciprocité et l’ambition", a-t-il soutenu.

"Pour ce faire, nous devons en particulier travailler ensemble dans les domaines de l’éducation, du développement économique et des échanges culturels", a expliqué Emmanuel Macron.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.