TUNISIE
22/10/2017 11h:14 CET

Face à la polémique, l'OMS renonce à nommer Robert Mugabe, président du Zimbabwe, ambassadeur de bonne volonté

NEW YORK, NY - SEPTEMBER 21: Zimbabwe's President Robert Gabriel Mugabe addresses the U.N. General Assembly at the United Nations on September 21, 2017 in New York, New York. (Photo by Kevin Hagen/Getty Images)
Kevin Hagen via Getty Images
NEW YORK, NY - SEPTEMBER 21: Zimbabwe's President Robert Gabriel Mugabe addresses the U.N. General Assembly at the United Nations on September 21, 2017 in New York, New York. (Photo by Kevin Hagen/Getty Images)

L'OMS "annule" la nomination du président Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté. "J'ai écouté attentivement tous ceux qui ont exprimé leurs préoccupations", a déclaré le directeur de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans un communiqué .

"Au cours des derniers jours, j'ai réfléchi à la nomination de son excellence le président Robert Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté de l'OMS pour (les maladies non transmissibles) en Afrique. En conséquence, j'ai décidé d'annuler cette nomination", a déclaré dans un communiqué le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le choix du président Mugabe annoncé cette semaine par l'ancien ministre éthiopien des Affaires étrangères avait provoqué un tollé de critiques d'ONG dénonçant l'effondrement du système de santé zimbabwéen sous le régime Mugabe mais aussi de pays finançant l'OMS comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Canada.

"Nous avons conclu que cette décision était servait au mieux les intérêts de l'Organisation mondiale de la santé", a-t-il expliqué.

Le système de santé au Zimbabwe, comme beaucoup d'autres services publics, s'est effondré sous son régime autoritaire et répressif. La plupart des hôpitaux manquent de médicaments et d'équipements, les infirmières et les médecins sont régulièrement laissés sans salaires.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.