TUNISIE
28/08/2017 09h:41 CET | Actualisé 28/08/2017 09h:45 CET

Remaniement: Hafedh Caid Essebsi rabroue les technocrates et veut la part du lion pour Nidaa Tounes

FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Hafedh Caid Essebsi (C), leader of Nidaa Tounes party, looks on as he attends an official speech delivered by the Tunisian President Beji Caid Essebsi (unseen) on May 10, 2017 in Tunis. Essebsi said that the army will protect the output of Tunisia's main resources from being disrupted by protests over social and labour issues. / AFP PHOTO / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images)

Alors que les tractations se poursuivent à La Kasbah pour choisir les prochains membres du gouvernement Chahed, le directeur exécutif du parti Nidaa Tounes Hafedh Caid Essebsi a appelé dans un post publié sur sa page Facebook à ce que son parti soit le plus représenté au sein de celui-ci.

Affirmant avoir "lu et entendu" plusieurs personnes dénigrer Nidaa Tounes car il souhaite avoir la part du lion au gouvernement, Hafedh Caid Essebsi rétorque que "Nidaa Tounes est le parti qui a recueilli le plus grand nombre de voix aux élections législative et présidentielle et qui a reçu le moins de postes" indiquant tout faire pour que cela change lors des prochaines nominations.

Selon lui, dans toutes les démocraties du monde le parti qui arrive en tête lors des élections "nomme celui qui défendra le mieux sa politique et son programme électoral". "De ce fait, le prochain gouvernement doit être essentiellement politique" indique-t-il avant de s'en prendre aux technocrates.

"Arrêtons avec les technocrates et les gouvernements de compétences! C'est le politicien qui a des visions politiques et pour les concrétiser, il a besoin des technocrates et non le contraire" rappelle Hafedh Caid Essebsi.

Selon lui, le pouvoir est "une affaire politique et non administrative. Les technocrates sont les outils du politicien au pouvoir et non le contraire". Ainsi, "il faut revenir à l'essentiel, à savoir: un gouvernement politique où le parti Nidaa Tounes est le mieux représenté" conclut-il.

En marge de la cérémonie d'ouverture des travaux du "Tunisian African Empowerment Forum", le chef du gouvernement Youssef Chahed avait annoncé à la presse qu' "il est grand temps" pour un remaniement ministériel.

Attendu depuis plusieurs semaines, la démission du ministre des Finances par intérim et ministre de l'Investissement, du développement et de la coopération internationale Fadhel Abdelkefi, a semble-t-il précipité ce remaniement.

Avec cette démission cela fait 3 ministères sans ministres pour les diriger: Le ministère des Finances, celui de l'Investissement, du développement et de la coopération internationale, et enfin celui de l'Éducation assuré par intérim par Slim Khalbouss ministre de l'Enseignement supérieur.

En effet, le 30 avril dernier le chef du gouvernement Youssef Chahed avait procédé au limogeage de la ministre des Finances Lamia Zribi dont le portefeuille est revenu à Fadhel Abdelkefi, démissionnaire. Le ministre de l'Éducation Néji Jalloul avait également été limogé.

Selon certaines sources médiatiques, le remaniement aura lieu après l'Aïd El Idha.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.