TUNISIE
09/08/2017 09h:34 CET

Selon le président de la Fédération Tunisienne de l'Hôtellerie: "Les restaurants et les cafés en Tunisie sont plus chers qu'en Espagne"

Mary Turner via Getty Images
SOUSSE, TUNISIA - JUNE 22: A young girl walks past an unoccupied parasol on the beach of the once popular resort of Sousse in the North of Tunisia where the country's tourism industry has fallen into a steep decline since last year's terror attacks, on June 22, 2016 in Sousse, Tunisia. One year ago, on 26th June 2015, a radicalised Tunisian student, Seifeddine Rezgui, killed 38 people in a terrorist attack on the beaches of the popular holiday resort of Sousse leading the British government to urge holiday makers not to travel to the North African country. This has led to a more than 90% drop in UK visitors to the struggling country, considered to be fledgling democracy since its revolution in 2011. (Photo by Mary Turner/Getty Images)

Selon le président de la Fédération tunisienne de l'hôtellerie, Khaled Fakhfekh, "les loisirs en Tunisie coûtent chers".

C'est ce qu'il a déploré dans une déclaration accordée à la radio Mosaïque Fm. Pour lui, en tant qu'hôtelier, "avec tous mes respects pour les tunisiens, algériens et libyens, il faut qu'on ai 4 millions d'européens qui viennent (dans les hôtels) sur toute l'année" pour que les hôteliers s'y retrouvent.

"Or on ne les a pas. Sur 6 millions de touristes, on enlève 3 millions de Tunisiens et d'Algériens. Il reste quoi, 3 millions? Enlevez-y les Libyens, que reste-t-il? Rien du tout" a-t-il déploré.

Si 6 à 7 millions de touristes viennent en Tunisie, il faut "les décortiquer" selon Khaled Fakhfekh car tous ne font pas profiter le secteur: "Par exemple, les Algériens qui viennent, ils ne logent pas dans les hôtels et ne consomment pas dans les hôtels" affirme Fakhfekh.

"On dit toujours que les hôtels sont chers en Tunisie, mais ce n'est pas les hôtels qui sont chers. C'est la vie en Tunisie qui est chère. Les restaurants et les cafés en Tunisie sont plus chers qu'en Espagne" a-t-il également déclaré.

Depuis les attentats du Bardo et de Sousse, la situation des hôtels en Tunisie est critique. "Environ 20% de la capacité hôtelière est menacée de disparition" avait affirmé en janvier dernier Khaled Fakhfekh au HuffPost Tunisie.

Cependant les bons indicateurs de cette saison touristique semblent ne pas pleinement profiter au secteur hôtelier selon le président de la Fédération Tunisienne de l'Hôtellerie.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.