ALGÉRIE
30/06/2017 09h:21 CET | Actualisé 30/06/2017 11h:10 CET

Google célèbre le 81e anniversaire de naissance de Assia Djebbar

google

Aujourd'hui c'est le 81e anniversaire de l'écrivaine Assia Djebbar. Un anniversaire dont s'est souvenu ce matin le moteur de recherche américain Google qui a dédié aux internautes Algériens un doodle spécial.

Née le 30 juin 1936 à Cherchell dans la wilaya de Tipaza, Assia Djebar, de son vrai nom Fatma-Zohra Imalayène, est une brillante historienne, écrivaine et membre de l'Académie française.

Assia Djebar, dont le père était instituteur a été la première Algérienne à entrer, en 1955, à l'École Normale Supérieure où elle étudie l'Histoire. Elle suit l'appel à la grève des étudiants algériens, en 1956, et rejoint la Tunisie où elle collabore au journal El-Moudjahid

Elle publie, à Paris, deux romans "La Soif" et "Les impatients", enseigne à Rabat puis à Alger. À partir de 1965, elle vit entre l'Algérie, la France et les États-Unis où elle enseigne dans des universités.

Les publications, poésie, théâtre, essais et surtout romans se succèdent à un rythme régulier. Elle a réalisé deux longs métrages, "Nouba des femmes du mont Chenoua" (1977) et "Zerda ou les chants de l'oubli" (1982). Assia Djebar écrit beaucoup, en français même si comme s'en désolent certains, elle était plus reconnue en dehors de l'Hexagone. L'auteur algérienne a, en effet, reçu de nombreuses distinctions prestigieuses -notamment le prix de la Paix des libraires et éditeurs allemands en 2000- et son nom avait été cité parmi les "nobélisables".

En juin 2005, elle entre dans la coupole et devient une "immortelle". Elle a été le premier auteur maghrébin à devenir membre de l'Académie française.

L’écrivaine algérienne Assia Djebar, est décédée le 6 février 2015 à Paris à l’âge de 78 ans.

LIRE AUSSI: Assia Djebar, une Immortelle

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.