TUNISIE
12/06/2017 09h:01 CET

Un militaire tunisien tué après l'explosion d'une mine au Mont Ouergha

FILE - In this June 25, 2013 file photo, a Tunisian armored personnel carrier patrols near the Jebel Chaambi mountain. Writing on building at left reads: "For Sale". Militants in eastern Tunisia staged two simultaneous attacks on army posts while soldiers held a Ramadan feast, killing at least 14 soldiers, authorities said Thursday July 17, 2014. An extremist group believed linked to al-Qaida's North Africa arm claimed responsibility for the attacks on Mount Chaambi on its Facebook page, calling Tunisian security forces "tyrants".(AP Photo/Paul Schemm, File)
ASSOCIATED PRESS
FILE - In this June 25, 2013 file photo, a Tunisian armored personnel carrier patrols near the Jebel Chaambi mountain. Writing on building at left reads: "For Sale". Militants in eastern Tunisia staged two simultaneous attacks on army posts while soldiers held a Ramadan feast, killing at least 14 soldiers, authorities said Thursday July 17, 2014. An extremist group believed linked to al-Qaida's North Africa arm claimed responsibility for the attacks on Mount Chaambi on its Facebook page, calling Tunisian security forces "tyrants".(AP Photo/Paul Schemm, File)

Un militaire tunisien est mort lundi après avoir été blessé dans l'explosion d'une mine au Mont Ouergha, à proximité de la frontière algérienne, a indiqué le ministère de la Défense.

"Le premier-lieutenant Mohamed Ali Toujani est décédé lundi avant l'aube des suites de ses blessures engendrées par l'explosion d'une mine vendredi soir, au Mont Ouergha, dans la région du Kef", selon un communiqué.

Si le texte ne le mentionne pas, ces mines sont le plus souvent posées par des groupes jihadistes. Le militaire est qualifié de "martyr de la nation", titre généralement réservé aux victimes du "terrorisme".

Après sa révolution de 2011, la Tunisie a été confrontée à l'essor d'une mouvance jihadiste responsable de la mort de dizaines de policiers et militaires mais aussi de civils dont 59 touristes étrangers.

A l'été 2016, un militaire avait déjà été tué par l'explosion d'une mine posée par "des terroristes" dans un des secteurs montagneux du nord-ouest où les forces de sécurité et l'armée traquent les groupes extrémistes armés qui y sont retranchés.

Même si la Tunisie demeure sous état d'urgence depuis une série d'attentats sanglants en 2015, les autorités affirment avoir réalisé d'importants progrès dans la lutte antiterroriste au cours de l'année écoulée.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.