TUNISIE
05/06/2017 13h:16 CET

Par rapport à l'année 2015: Ils sont 45% de Tunisiens en plus à avoir atteint les côtes italiennes en 2016

In this picture taken on June 6, 2015 and made available on Monday, June 8, 2015, provided by Irish Defence Forces, officers of the Irish Navy ship Le Eithne rescue migrants in the Mediterranean Sea. Heartened by recent election successes by an anti-immigrant party, Italian politicians based in the north vowed Sunday not to shelter any more migrants saved at sea, even as thousands more were being rescued in the Mediterranean from smugglers' boats in distress. (Irish Defence Forces via AP)
ASSOCIATED PRESS
In this picture taken on June 6, 2015 and made available on Monday, June 8, 2015, provided by Irish Defence Forces, officers of the Irish Navy ship Le Eithne rescue migrants in the Mediterranean Sea. Heartened by recent election successes by an anti-immigrant party, Italian politicians based in the north vowed Sunday not to shelter any more migrants saved at sea, even as thousands more were being rescued in the Mediterranean from smugglers' boats in distress. (Irish Defence Forces via AP)

Quelque 820 Tunisiens ont réussi à rejoindre clandestinement les côtes italiennes en 2016 contre 569 en 2015, soit une augmentation de 45%, indique un récent rapport.

Selon le rapport annuel sur la migration irrégulière publié le 3 juin par l’Observatoire Maghrébin des Migrations relevant du Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux (FTDES), le nombre des tentatives d’immigration irrégulière a triplé en un an pour atteindre 75 tentatives en 2016 contre 25 tentatives en 2015.

Suite aux événements de la Révolution du 14 janvier 2011, la Tunisie a connu une grande vague de migration clandestine en direction des côtes italiennes. Selon le FTDES, le nombre de clandestins partis des côtes tunisiennes est estimé à plus de 25 mille personnes, tandis que le nombre de disparus tunisiens est de 503 personnes.

La plupart des opérations de migration irrégulière ont eu lieu à partir de Sfax (37%), Nabeul (27%), Monastir (14%) et Mahdia (11%), précise la même source.

Moins de 25% du total des migrants ont été interceptés au cours du premier semestre 2016 contre une hausse significative dans le second semestre (75%).

Le flux migratoire a atteint un pic durant la saison de l’automne avec 288 personnes qui ont tenté d’atteindre les côtes italiennes en septembre, soit une hausse de 208% par rapport à la même période en 2015. Durant les mois du quatrième trimestre, le nombre a connu une baisse mais il reste élevé par rapport au début de l’année. Cette variation dans le taux des tentatives est due, selon le rapport, à la météo et l’état de la mer méditerranée.

Les hommes constituent la majorité des migrants avec 97% l’année dernière contre 3% chez les femmes. Les tunisiennes restent minoritaires (31%) par rapport au nombre total des migrantes clandestines, majoritairement d’origine subsaharienne.

Le taux des migrants étrangers faisant départ des côtes tunisiennes reste relativement faible (7%), souligne encore le rapport.

Selon le secrétaire d’Etat à la Migration Radhouane Ayara, le nombre d’émigrés clandestins tunisiens a atteint entre 22 et 25 mille personnes, durant les années post-révolution. Ce chiffre a pu baisser à près de 800 durant les dernières années grâce à l'aide des pays voisins a-t-il affirmé.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.