TUNISIE
13/05/2017 12h:19 CET

L'Italie expulse un Tunisien lié à l'auteur de l'attentat de Berlin

Prisoners stand in front of a window in the historic Regina Coeli or Queen of Heaven jail in Rome June 6, 2013. The European Court of Human Rights ruled in January that overcrowding in Italy's prisons violated basic rights, ordering  the government to pay 100,000 euros ($132,000) to seven inmates who brought a test case and to fix the problem within a year. Picture taken June 6, 2013. REUTERS/Tony Gentile (ITALY - Tags: POLITICS CRIME LAW)
Reuters
Prisoners stand in front of a window in the historic Regina Coeli or Queen of Heaven jail in Rome June 6, 2013. The European Court of Human Rights ruled in January that overcrowding in Italy's prisons violated basic rights, ordering the government to pay 100,000 euros ($132,000) to seven inmates who brought a test case and to fix the problem within a year. Picture taken June 6, 2013. REUTERS/Tony Gentile (ITALY - Tags: POLITICS CRIME LAW)

L'Italie a expulsé un Tunisien soupçonné de liens avec l'auteur de l'attaque au camion-bélier du marché de Noël à Berlin, Anis Amri, a annoncé samedi le ministère de l'Intérieur.

L'homme, âgé de 36 ans, vivait à Catania en Sicile, où Amri était détenu pendant un certain temps avant de se rendre en Allemagne et d'y commettre l'attentat qui avait fait 12 morts l'an dernier.

Anis Amri, également Tunisien, avait été abattu par les policiers italiens à Milan le 23 décembre dernier, quatre jours après l'attentat qui avait été revendiqué par le groupe Etat Islamique.

L'homme expulsé par l'Italie avait donné à Amri un téléphone et était resté en contact avec lui après son départ pour l'Allemagne, a précisé le ministère. Le téléphone a été mis sur écoute, ce qui a permis aux autorités italiennes de retrouver le suspect.

Selon les médias italiens, le Tunisien expulsé se nomme Sayed Yacoubi, et travaillait dans une ferme en Sicile.

La police l'a arrêté à Turin (nord) début mai, alors qu'il se préparait à entrer illégalement en France, et l'a maintenu dans un centre de rétention avant de l'expulser, a encore indiqué le ministère.

L'Italie a expulsé 42 personnes de personnes soupçonnées d'extrémisme religieux cette année, et 174 personnes depuis début 2015.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.