TUNISIE
09/04/2017 06h:36 CET

Le taux de donneurs de sang a augmenté de 2,5% en 2016

A volunteer collects samples of blood donated to help the survivors of Thursday's attack by gunmen at Garissa University in Kenya's capital Nairobi April 6, 2015. The Kenyan air force has destroyed two al Shabaab camps in Somalia, it said on Monday, in the first major military response since the Islamist group massacred students at a Kenyan university last week. REUTERS/Thomas Mukoya
Thomas Mukoya / Reuters
A volunteer collects samples of blood donated to help the survivors of Thursday's attack by gunmen at Garissa University in Kenya's capital Nairobi April 6, 2015. The Kenyan air force has destroyed two al Shabaab camps in Somalia, it said on Monday, in the first major military response since the Islamist group massacred students at a Kenyan university last week. REUTERS/Thomas Mukoya

Le Directeur Général du Centre national de transfusion sanguine (CNTS), Hmida Slama a indiqué, samedi, que le taux de donneurs de sang a augmenté de 2,5% en 2016, mettant l’accent sur la nécessité de sensibiliser davantage les citoyens à l’importance du don de sang et de développer le système de transfusion sanguine au niveau des équipements et des ressources humaines.

Lors d’une campagne de sensibilisation organisée, à l’avenue Habib Bourguiba à Tunis, à l’occasion de la journée nationale de don du sang célébrée le 8 avril de chaque année, Slama a mis en garde contre le manque en produits sanguin enregistré au cours de certaines périodes de l’année, notamment en été et durant le mois de Ramadan.

Durant ces périodes, le nombre d’accidents et des interventions médicales connaissent une nette augmentation, a-t-il expliqué, appelant à la nécessité de doubler le nombre de donneurs qui s’élève actuellement à 20 donneurs sur 1000 habitants afin d’atteindre la moyenne internationale en matière de don du sang (39 donneurs sur 1000 habitants).

Il a, par ailleurs, fait observer que le système de transfusion sanguine en Tunisie demeure “excellent” comparé aux pays émergents et même avancés, et ce, grâce à une politique publique nationale qui contrôle les opérations de transfusion et prohibe toute tentative de commerce de sang.

Chaque année, entre 200 et 224 mille poches de sang sont collectées, selon le CNTS.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.