MAROC
02/03/2017 14h:25 CET | Actualisé 02/03/2017 19h:15 CET

Moubarak acquitté pour les meurtres de manifestants en 2011

Ousted Egyptian president Hosni Mubarak looks towards his supporters outside the area where he is hospitalized during the celebrations of the 43rd anniversary of the 1973 Arab-Israeli war, at Maadi military hospital on the outskirts of Cairo, Egypt October 6, 2016. REUTERS/Mohamed Abd El Ghany     TPX IMAGES OF THE DAY
Mohamed Abd El Ghany / Reuters
Ousted Egyptian president Hosni Mubarak looks towards his supporters outside the area where he is hospitalized during the celebrations of the 43rd anniversary of the 1973 Arab-Israeli war, at Maadi military hospital on the outskirts of Cairo, Egypt October 6, 2016. REUTERS/Mohamed Abd El Ghany TPX IMAGES OF THE DAY

INTERNATIONAL – Après avoir été obligé de quitter son poste de président en février 2011 suite à une énorme pression populaire, Hosni Moubarak vient de connaitre la fin de son long feuilleton judiciaire. Ce jeudi 2 mars 2017, l’ancien raïss a été acquitté définitivement par la cour de cassation.

Durant l'année de sa démission forcée, deux enquêtes sont ouvertes à son encontre, l’une concernant sa responsabilité dans les 864 civils tués durant la révolution égyptienne, et l’autre pour corruption. En juin 2012, il est condamné en première instance à la prison à perpétuité pour meurtres, mais la justice égyptienne ordonne sa libération conditionnelle en août 2013.

Les changements politiques en Égypte (coup d’État militaire contre Morsi) poussent la justice à plus de clémence envers celui qui a gouverné l’Égypte 30 années. Le 21 août 2013, la justice égyptienne ordonne sa remise en liberté conditionnelle. Celui-ci ne peut cependant quitter le territoire égyptien et doit se tenir à disposition de la justice, puisque toujours inculpé pour avoir ordonné la mort de jeunes révolutionnaires. Depuis son arrestation en 2011, Hosni Moubarak a passé le plus clair de son temps dans un hôpital militaire.

LIRE AUSSI:

Un portrait géant de Hosni Mobarak à Casablanca suscite des interrogations