TUNISIE
14/02/2017 06h:57 CET

La Tunisie ne lève que 850 millions d'euros sur le marché international, réaction

shutterstock

La Tunisie a levé 850 millions d’euros sur le marché international contre un eurobond de 1 milliard d’euros prévu initialement.

Selon un communiqué du Centre de prospective et d’études sur le développement (CPED), ce thinh thank lancé au mois de juin dernier par d'anciens hauts responsables de l’Etat, des anciens PDG de banques et d’entreprises publiques ainsi que des experts et universitaires : les conditions financières de cette nouvelle émission affichent un coupon de 5,625% l’an et un rendement à l’émission de 5,75% l’an sur une maturité de 7ans.

"Il est devenu plus difficile pour la Tunisie, au regard des conditions de cette dernière émission, de boucler ses transactions aux montants annoncés et/ou souhaités, et surtout d’accéder à des maturités et à des niveaux de marge acceptables à même d’une part, d’éviter des concentrations d’échéances sur le court terme et d’autre part, d’alléger le coût du service de la dette extérieure soumis par ailleurs à la dépréciation du taux de change du dinar", note le communiqué de la CPED.

Ainsi et en attendant la note explicative de cette opération de sortie sur la place financière internationale par la BCT, il semble que le gouvernement a échoué à boucler le montant de l’emprunt prévu initialement et ce à cause de la récente dégradation de la note souveraine de la Tunisie par Fitch rating de BB- à B+ mais aussi après la dernière déclaration du FMI sur la Tunisie en date du 7 février.

Rappelons que le Fonds Monétaire avait lancé des signes assez alarmants sur la santé des finances publiques et sur le retard observé dans la mise en place des réformes structurelles notamment celles en relation avec la restructuration de la fonction publique et la réduction de la masse salariale.

"De redoutables défis macroéconomiques subsistent. La dette publique a continué de s’alourdir, dépassant 60 % du PIB en 2016. Les mesures adoptées par les autorités dans le cadre de la loi de finances de 2017 réduiront le déficit budgétaire global de manière modeste à 5,6 % du PIB, contre une estimation de 6 % en 2016", souligne la déclaration du FMI.

Le gouvernement est appelé dès lors à accélérer le rythme des réformes et à mettre en place les mesures dites douloureuses afin de regagner la confiance des bailleurs de fonds étrangers, d’améliorer son rating et de garantir un accès plus souple sur la place financière internationale surtout que le volume des emprunts extérieurs à mobiliser au titre de l’exercice 2017 est estimé à 8,5 milliards de dinars.

LIRE AUSSI:La Tunisie lèvera bientôt un emprunt obligataire de 1 milliard d'euros sur la place financière internationale