ALGÉRIE
13/02/2017 08h:40 CET | Actualisé 13/02/2017 08h:41 CET

Pétrole: la production a fortement baissé en janvier

A worker overlooks the low-temperature isomerization unit at the Novokuibyshevsk oil refinery plant, operated by Rosneft PJSC, in Novokuibyshevsk, Samara region, Russia, on Thursday, Dec. 22, 2016. Oil trimmed a second weekly gain as investors weighed rising U.S. inventories against coming coordinated output cuts by OPEC and other producing nations. Photographer: Andrey Rudakov/Bloomberg via Getty Images
Bloomberg via Getty Images
A worker overlooks the low-temperature isomerization unit at the Novokuibyshevsk oil refinery plant, operated by Rosneft PJSC, in Novokuibyshevsk, Samara region, Russia, on Thursday, Dec. 22, 2016. Oil trimmed a second weekly gain as investors weighed rising U.S. inventories against coming coordinated output cuts by OPEC and other producing nations. Photographer: Andrey Rudakov/Bloomberg via Getty Images

L'offre pétrolière mondiale a fortement diminué en janvier après la mise en oeuvre des accords de limitation de la production, mais la remontée des prix devrait encourager l'activité d'extraction aux Etats-Unis, a indiqué le cartel pétrolier lundi.

Le mois dernier, la production de pétrole s'est élevée à 95,8 millions de barils par jour (mbj), soit une baisse de 1,3 mbj par rapport à décembre et de 0,46 mbj sur un an, a détaillé l'Organisation des pays exportateurs de pétrole dans son rapport mensuel.

A elle seule, l'Opep a pompé 890.000 barils par jour de moins à 32,14 mbj en moyenne, a-t-elle détaillé en citant des sources secondaires.

Les membres de l'Opep s'étaient accordés en novembre pour réduire leur production de 1,2 mbj à partir du 1er janvier pour une période de six mois renouvelable. En décembre, des producteurs non membres du cartel, emmenés par le plus grand producteur mondial de brut, la Russie, avaient décidé de faire de même à un niveau de 558.000 barils par jour.

Ces réductions visent à permettre à un marché inondé d'or noir depuis mi-2014 de se rééquilibrer et à des cours déprimés de se redresser. Ils se situent autour de 55 dollars le baril actuellement.

En revanche, cette remontée des prix devrait stimuler l'extraction d'or noir dans d'autres pays non liés par ces accords, comme les Etats-Unis.

"Les ajustements de production de l'Opep et certains producteurs non-Opep ont soutenu le marché, mais ces gains ont été en partie absorbés par une recrudescence de l'activité de forage aux Etats-Unis", a indiqué l'Opep.

"Les investissements dans (les hydrocarbures) de schiste devraient reprendre en 2017, avec une hausse projetée de plus de 35%", a-t-elle estimé.

Selon le rapport, la production américaine de pétrole de schiste devrait croître de 100.000 barils par jour à 4,35 mbj.

Au total, la production des pays non-Opep devrait augmenter de 0,24 mbj à 57,44 mbj cette année, après une contraction de 0,66 mbj à 57,20 mbj en 2016, toutefois moins importante que prévu précédemment par le cartel pétrolier.

Quant à la consommation mondiale de pétrole, elle devrait croître de 1,32 mbj à 94,62 mbj en 2016 puis de 1,19 mbj à 95,81 mbj en 2017, soutenue par une économie mondiale plus dynamique, un hiver froid, les ventes de véhicules en Europe et le secteur pétrochimique, a estimé l'Opep qui a légèrement relevé ses prévisions.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.