MAROC
13/02/2017 12h:34 CET

Crise, stigmatisation... Comprendre l'épilepsie en huit questions

Getty Images/iStockphoto

SANTÉ - On estime à environ 1,1% la part de la population marocaine touchée par l'épilepsie, soit plus de 350.000 personnes. Chute, contraction des membres, convulsions... Cette maladie, qui concerne 50 millions de personnes dans le monde et dont les causes sont diverses, peut désorienter quiconque se trouve face à une personne qui souffre de crises d'épilepsie.

Comment devient-on épileptique? Comment traiter cette maladie? Quels gestes adopter en cas de crise? À l'occasion de la Journée mondiale de l'épilepsie, le HuffPost Maroc fait le point sur cette maladie souvent méconnue du grand public avec le professeur Najib Kissani, président de l'Association marocaine contre l'épilepsie (AMCE) et neurologue au CHU de Marrakech.

HuffPost Maroc: Quelles sont les causes des crises d'épilepsie?

Pr. Najib Kissani: Les causes sont variées. Cela peut être dû à des infections, un manque d'oxygène, des souffrances à la naissance, des traumatismes, des tumeurs du cerveau, un accident vasculaire cérébral (AVC)... Au Maroc, c'est principalement à cause de souffrances à la naissance (accouchements mal suivis ou réalisés à domicile), de problèmes d'infections (tuberculose du système nerveux) et de traumatismes crâniens dus aux accidents de la route.

Quelles populations sont principalement concernées par l'épilepsie?

Cela touche aussi bien les hommes que les femmes à tous les âges. Il y a cependant un pic entre 0 et 10 ans, et un pic après 60 ans. Pourquoi? Parce que lorsque c'est génétique, les crises se déclenchent rapidement après la naissance. Lorsque c'est dû par exemple à une tumeur, un cancer ou un AVC, les personnes âgées sont davantage touchées.

Peut-on empêcher une crise d'épilepsie?

Certains facteurs peuvent déclencher une crise: la lumière de la télévision, les jeux vidéos (le jeu Pokémon avait déclenché un grand nombre de crises d'épilepsie chez les enfants au Japon), les problèmes d'hygiène (manque de sommeil, consommation d'excitants comme les sodas, le café ou la vitamine C), le stress... Tout ce qui excite le cerveau peut provoquer des décharges électriques et susciter des crises d'épilepsie.

Quelles formes prend une crise d'épilepsie?

Cela peut être une crise généralisée: perte de connaissance, convulsion, contracture des membres... Cela peut être bénin, notamment chez les enfants, où la crise peut prendre la forme d'absences. La crise peut aussi être partielle, notamment chez l'adulte, où elle touche une partie du corps (lèvre, main) ou une fonction (le goût, l'odorat, la vision, la mémoire...). Cela peut durer quelques secondes ou quelques minutes.

Comment peut-on traiter cette maladie?

Il faut savoir que plus de la moitié des Marocains épileptiques ayant consulté un médecin ont déjà eu recours au maraboutage, aux fqihs ou aux charlatans pour se soigner. Certains ne savent même pas que c'est une maladie et ne suivent pas de traitement. Il existe pourtant des traitements médicaux: plus d'une quinzaine de produits antiépileptiques, qui abaissent le seuil épiléptogène. Lorsque la cause est une infection du cerveau, il y a des traitements spécifiques. Il existe aussi des traitements chirurgicaux, en cas de lésion du cerveau par exemple (10 à 20% des cas d'épilepsie), que le chirurgien peut enlever. D'autres traitements, comme le régime cétogène ou la psychothérapie, peuvent aider.

Quels gestes adopter lorsque quelqu'un fait une crise d'épilepsie?

Tout d'abord, il faut éviter qu'il tombe. Si on voit qu'il a un comportement anormal et qu'on sait qu'il est épileptique, on peut empêcher la chute en le retenant. S'il tombe, il faut le mettre sur le côté, en position latérale de sécurité (PLS). Il peut en effet mourir s'il est sur le ventre ou sur le dos. Il faut aussi mettre un coussin sous sa tête. Il faut également marquer le temps: si la crise dépasse 5 minutes, il faut appeler l'ambulance. Il faut aussi éviter la foule autour du malade qui manque souvent d'oxygène, et éloigner tout objet dangereux, car en faisant des mouvements incontrôlables, il pourrait se blesser. Une fois qu'il se réveille, il faut le calmer et chercher dans ses affaires s'il y a une adresse ou un papier qui indique qu'il est épileptique. Il faut enfin chercher les causes de cette crise: manque de sommeil, stress...

Quelles sont les conséquences sociales de l'épilepsie?

Les malades peuvent garder toute leur vie des séquelles de cette maladie: retard ou déficit intellectuel, problèmes de divorce, abandon de l'école, stigmatisation... Les gens peuvent être dénigrés, sous-estimés. On associe souvent épileptique avec retardé mental. Rappelons qu'Alfred Nobel était épileptique! Un épileptique est quelqu'un de tout à fait normal. Il y a malheureusement beaucoup d'ignorance à ce sujet dans la société et notamment dans les école, même au sein du corps enseignant. Les gens ne sont pas assez sensibilisés.

Pourquoi ce manque de prévention et de sensibilisation?

Peu d'associations s'occupent de cette maladie, et il n'y a pas assez de moyens déployés pour toucher les gens, notamment illettrés. Il faudrait que la télévision consacre des émissions journalières à ces problèmes de santé. Comme pour le diabète, la lutte contre l'épilepsie devrait concerner davantage les citoyens.

LIRE AUSSI: