12/02/2017 18h:03 CET | Actualisé 12/02/2017 18h:03 CET

Ce que le TVG va apporter au Maroc sur le plan socio-économique

A picture taken on December 11, 2016 in Bordeaux shows the inside of L'Oceane, the new TGV high speed train connecting Paris and Bordeaux after its arrival  at Bordeaux's railway station at the end of its inaugurating trip.  / AFP / MEHDI FEDOUACH        (Photo credit should read MEHDI FEDOUACH/AFP/Getty Images)
MEHDI FEDOUACH via Getty Images
A picture taken on December 11, 2016 in Bordeaux shows the inside of L'Oceane, the new TGV high speed train connecting Paris and Bordeaux after its arrival at Bordeaux's railway station at the end of its inaugurating trip. / AFP / MEHDI FEDOUACH (Photo credit should read MEHDI FEDOUACH/AFP/Getty Images)

ONCF - Le premier TGV du Maroc et du continent africain est attendu pour 2018. Un projet qui aura à coup sûr d'importantes retombées socio-économiques, à commencer par le rapprochement des territoires.

L'arrivée d'une ligne de train à grande vitesse (LGV) peut, assurément, engendrer de profondes mutations bénéfiques pour les régions traversées, notamment l'accroissement de la mobilité des personnes, la recomposition urbaine des territoires desservis, ou encore l’amélioration de l'attractivité des villes concernées par le tracé.

Rabat-Tanger en 1 heure 20

Dans un premier temps, le projet de train à grande vitesse marocain permettra de gagner pas moins de 2h35 minutes sur le trajet entre Tanger et Casablanca. Le temps de parcours sera alors réduit de plus de moitié, puisqu'il passera de 4h45 à 2h10.

Le trajet entre Tanger et Rabat pourra lui être parcouru en 1h20 au lieu de 3h45 actuellement. Cette vitesse de déplacement sera conjuguée à des prestations spéciales pour favoriser l'accessibilité en amont et en aval du voyage.

Une offre de services complète et inédite sera proposée aux voyageurs pour leur permettre d'occuper leur temps pendant le trajet. Le temps passé à bord du train sera alors optimisé et mieux exploité.

2.500 emplois créés

Le TGV marocain a par ailleurs un double impact sur l'emploi dans le royaume. Outre les emplois générés pendant la phase des travaux, le projet permettra aussi la création de 2.500 emplois directs et indirects pendant la phase d’exploitation.

330 ingénieurs, dont 60% sont Marocains, sont actuellement employés par la Direction du projet TGV, affiliée à l'ONCF. Ce chiffre doit passer à 450 au fur et à mesure de l'avancement des travaux.

La mise en service d'une ligne nouvelle à grande vitesse aura aussi un impact indéniable sur les activités économiques des villes et régions concernées. Les entreprises régionales pourront voir leur compétitivité s'améliorer et leurs marchés s’élargir. Le TGV deviendra même un argument de poids dans le choix d'implantations ou de délocalisations des entreprises.

L'essor du tourisme national devrait également être favorisé à travers notamment le développement des séjours de courte durée.