ALGÉRIE
12/02/2017 05h:59 CET | Actualisé 12/02/2017 06h:00 CET

Djamel Benabdeslam dénonce une fraude programmée aux législatives

capture ecran

Le président du Front de l'Algérie Nouvelle (FAN) a qualifié les mesures indiquées dans la nouvelle loi électorale "d'injustes". Lors d'un meeting à la maison de jeunes Mohamed Issiakhem de la ville de Bouira, Djamel Benabdesslam estime que cette loi qui oblige les candidats indépendants et les partis n’ayant pas obtenu 5% des suffrages lors des élections de 2012 à collecter des signatures, pour pouvoir participer aux élections législatives, tend à éliminer d’entrée certaines candidatures.

Selon le président du FAN, il s'agit d'une loi visant à faciliter les fraudes et empêcher certains parties de concourir aux élections législatives.

“Cette loi a été fondée sur une injustice parce que les élections législatives de 2012 ont connu une fraude généralisée (…) Les jeux sont déjà faits et la fraude est programmée et ce, en dépit des mécanismes mis en place et les assurances du pouvoir”, a-t-il dénoncé.

Il reste cependant optimiste et considère que cette loi n'est pas totalement éliminatoire pour son parti : “Nous avons beaucoup d’élus, donc le problème de la collecte ne se pose pas. Cependant, dans d’autres wilayas, nous devons réunir ces signatures, car nous sommes soumis aux lois de la république”, dira-t-il.

Lors de son meeting, il a mis en exergue le fait que les jeunes représentent 60 % de la composante de son parti. A ce sujet, il tacle également le FLN, sans pour autant le citer dans ses propos. “Nous n’avons pas de militants âgés de 80 où 83 ans”, s’est-il réjoui.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.