ALGÉRIE
10/02/2017 07h:30 CET | Actualisé 10/02/2017 07h:33 CET

Près de 61% des médicaments en vente sont produits localement

Radio Algérienne

L'Algérie couvre aujourd'hui 61% de ses besoins en médicaments, affirme le ministre de la santé et de la Réforme hospitalière Abdelmalek Boudiaf à l'occasion de l’inauguration d'une usine de médicaments antibiotiques à Oran.

En dépit des pénuries que connaissent les pharmacies incapables de satisfaire les besoins de leurs malades, le ministre affirme que l'Algérie parviendra à satisfaire 70% de ses besoins d'ici la fin de l'année.

Le ministre de la Santé a aussi déclaré que l'encouragement de l’Etat à la fabrication du médicament a permis d'atteindre ce taux de 61% de couverture de ses besoins et par conséquent réduire la facture d’importation de 4% l’année dernière grâce à l'orientation du ministère vers une stratégie de production locale.

L’objectif principal est d’encourager la production du médicament pour une couverture totale des besoins locaux et l’exportation vers des pays africains, a-t-il souligné signalant que certains médicaments et du matériel médical fabriqués en Algérie sont exportés vers onze pays africains.

L'entrée en production d’antibiotiques de cette usine d'Oran permettra l’exportation dès 2018, après la couverture des besoins nationaux au courant cette année.

Des exportations, indique le ministre, déjà opérées vers "11 pays, africains mais aussi vers le Japon, l’Allemagne, la France"!

Cette usine de la Société algérienne des médicaments Sophal, dans la localité de Hassi Ben Okba à Oran, compte deux unités de production. L’usine a permis la création de 120 nouveaux emplois.

Autre ambition des Laboratoires Sophal pour ces unités, la production des médicaments anticancéreux et dont la facture représente 40% de la facture globale des médicaments.

Abordant les efforts du gouvernement dans ce domaine pour renforcer, accompagner et encourager la production nationale qui ne dépassait pas 5% il y a quelques années, le ministre a affirmé que le marché algérien est prometteur et qu'il faut œuvrer actuellement à encourager les opérateurs privés et laboratoires internationaux à travailler plus pour garantir le passage de l’Algérie au rang des pays exportateurs du médicament.

Interdiction d’importation des médicaments produits localement

La décision d’interdire l’importation des médicaments fabriqués localement est un grand stimulant aux industriels locaux, selon M. Boudiaf qui a indiqué que le nombre de médicaments dont l’importation n'est plus tolérée a atteint 358 médicaments.

L’Algérie recense 80 unités de production, et leur nombre devra atteindre 150 prochainement, selon les déclarations du ministre.

Lors de sa visite à SOPHAL, Abdelmalek Boudiaf s’est enquis des lignes de production du médicament dans cette usine qui commercialise plus de 70 produits dont des antibiotiques, des médicaments pour diabétiques et des anti-inflammatoires.

Il a annoncé, à cette occasion, le lancement d’une nouvelle ligne de production de l’antibiotique «céphalosporine», qui était importée de l’étranger et qui regroupe 19 produits.

LIRE AUSSI: Plus de deux cents médicaments sont en rupture de stock dans les pharmacies

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.