MAROC
10/02/2017 14h:13 CET | Actualisé 10/02/2017 14h:48 CET

Hicham Houdaïfa et Mohamed Sammouni nous plongent dans les milieux radicaux au Maroc

Les journalistes et auteurs Hicham Houdaïfa (à gauche) et Mohamed Sammouni (à droite) se sont penché sur le radicalisme religieux au Maroc à travers des enquêtes et des reportages.
DR
Les journalistes et auteurs Hicham Houdaïfa (à gauche) et Mohamed Sammouni (à droite) se sont penché sur le radicalisme religieux au Maroc à travers des enquêtes et des reportages.

RADICALISATION - Leurs livres tombent à point nommé. Alors que le Maroc accueille en ce moment la 23e édition du Salon international de l'édition et du livre (SIEL), Hicham Houdaïfa et Mohamed Sammouni publient ce vendredi 10 février, un double ouvrage sur la radicalisation. Les deux auteurs ont sorti chacun un livre distinct, l'un en arabe, l'autre en français.

C'est Hicham Houdaïfa, ancien du Journal Hebdomadaire et actuellement journaliste chez La Vie Eco, qui s'est chargé de la version en langue française. "Extrémisme religieux: Plongée dans les milieux radicaux au Maroc" (Éditions En toutes lettres, 2017) est un livre-enquête qui s'intéresse aux différentes formes de radicalisation existant dans la société marocaine, religieuse notamment, la forme "de loin la plus visible et la plus meurtrière".

"C'est le deuxième livre qui sort dans la collection "Enquêtes", une collection entamée avec l'ouvrage "Dos de femmes, dos de mulets", paru en 2015. Ce deuxième livre se penche sur le radicalisme religieux au Maroc à travers des enquêtes et des reportages", explique Hicham Houdaïfa au HuffPost Maroc, à l'issue de la présentation de son nouvel ouvrage cette semaine à la FNAC de Casablanca.

Quatre mois d'enquête

L'ouvrage en arabe, lui, a été réalisé par Mohamed Sammouni, journaliste et chercheur. "Ce n'est pas une traduction", précise d'emblée ce dernier, joint par le HuffPost Maroc. "Chacun de nous a abordé le sujet avec sa propre sensibilité, son style d'écriture. Ce n'est pas le même traitement".

Pour réaliser leurs livres, les deux journalistes ont mené une enquête au coeur des milieux radicaux marocains, notamment dans le nord du Maroc à Tanger, Tétouan, Fnideq et Martil.

"Nous sommes partis dans les quartiers exportateurs de djihadistes vers la Syrie et l'Irak. L'enquête nous a pris quatre mois de terrain, comme pour le livre "Dos de femmes, dos de mulets"", souligne Hicham Houdaïfa. "Il y a 90% de terrain commun dans notre travail", ajoute Mohamed Sammouni.

Si Hicham Houdaïfa a choisi de se rendre dans le quartier El Principe, à Sebta, pour enquêter sur le recrutement des combattants, Mohamed Sammouni s'est penché de son côté sur la cellule féminine liée à Daech, démantelée en octobre dernier par les éléments du Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ). Il a d'ailleurs rencontré le patron du bureau, Abdelhak El Khayam au cours de son enquête.

"Je me suis surtout intéressé à la situation sociale des sept filles mineures qui étaient dans cette cellule. J'ai rencontré leurs parents pour tenter de comprendre comment elles en étaient arrivées là. C'est le côté humain qui m'intriguait le plus", précise Mohamed Sammouni.

"Le radicalisme est partout"

Les deux auteurs se sont également intéressés à l'enseignement de la religion dans les écoles et universités marocaines. "Nous avons travaillé sur la manière dont on enseigne les filières religieuses dans les universités marocaines et l'éducation islamique dans les lycées et les écoles. Comment le radicalisme prend place dans le milieu rural, ou encore comment des radicaux ont essayé d'arrêter des manifestations mixtes, comme des danses berbères par exemple", confie Hicham Houdaïfa.

À l'issue de leur enquête, un constat poignant a été dressé: "Le radicalisme est partout et il est banalisé de plus en plus. Il est dans le rapport aux juifs ou encore À la femme. Ce sont des choses qui font peur".

Pour Houdaïfa, "le véritable rempart contre le radicalisme qui n'existe pas aujourd'hui, c'est l'école publique de qualité. C'est l'école publique qui doit mettre l'enfant au centre de la réforme, qui forme des citoyens, qui leur enseigne comment être critique par rapport à des choses, comment recouper les informations et ne pas juste les gober sans discernement".

livres

Les deux ouvrages, vendus chacun au prix de 65 dirhams, sont disponibles à partir de ce vendredi 10 février dans la plupart des librairies de Casablanca et Rabat et le seront dès demain dans les autres librairies nationales.

Une présentation commune se fera par ailleurs samedi 11 février à 11h par les auteurs au stand France du SIEL. Une deuxième est prévue à la FNAC Casablanca le dimanche 19 février à 16 heures.

LIRE AUSSI: