MAROC
09/02/2017 15h:31 CET | Actualisé 10/02/2017 06h:25 CET

Quand les migrants se racontent

UNHCR

MIGRANTS - L'histoire des migrants racontés par leurs propres images. Tel est l'objectif du nouveau projet de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) au Maroc, qui lance, le 9 mars prochain, le projet digital "Histoires sans visas". Des récits digitaux qui visent à raconter l'histoire des ces hommes et femmes, à travers leurs propres yeux et avec leurs propres mots.

Des histoire digitales préparées de A à Z par des réfugiés qui habitent au Maroc"

"Ce projet consiste à présenter des histoire digitales préparées de A à Z par des réfugiés qui habitent au Maroc", explique au HuffPost Maroc Malgorzata Bratkrajc, chargée des relations extérieures de l'UNHCR. "Nous avons sélectionné huit réfugiés de différentes nationalités (quatre femmes du Congo, de la Côte d’Ivoire et de Syrie ainsi que quatre hommes du Yémen, de Syrie et d’Iraq), pour qu'ils assistent à un atelier. Ce dernier a eu lieu en janvier et a duré une semaine au cours de laquelle ils ont appris différentes techniques de montage vidéo et à préparer des histoires digitales", poursuit-elle.

Raconter leurs histoires avec leurs propres images

Au cours de cet atelier, les réfugiés ont appris à produire ces histoire courtes depuis la sélection d'images et l'enregistrement de voix jusqu'au montage. "L 'un des objectifs du projet est de leur donner des compétences. Durant cet atelier, ils ont appris comment produire des histoires digitales", explique Malgorzata Bratkrajc. Des histoires courtes, de deux à trois minutes, qui racontent leurs parcours depuis le départ de leur pays d'origine jusqu'à leur arrivée au Maroc.

Pour la réalisation de ce projet digital, l'UNHCR au Maroc a collaboré avec l'Université Hacettepe à Ankara. "Nous avons été contactés par cette université qui a une faculté qui se spécialise dans les histoires digitales, surtout celles des migrants. Ils nous ont approchés pour voir si nous étions intéressés par une coopération au Maroc, ce qui est le cas". Le HCR a également eu le soutien financier de l'Ambassade des Pays-Bas au Maroc et le soutien logistique de l'Ecole de Gouvernance et d'Economie (EGE).

Sortir les migrants de leur isolement

Un projet digital qui a plusieurs objectifs pour l'UNHCP: "D'abord changer les clichés et stéréotypes des migrants dans les médias, qui sont souvent sceptiques ou montrent une image des réfugiés qui ne leur rend pas justice. C'est un groupe vulnérable qui a vécu des situations horribles, nous voulons donc lui donner la parole".

Pendant une semaine, ils ont pu sortir de ce contexte là, voir autre chose, rencontrer des gens et se faire des amis. Cela a aussi eu un impact sur leur état psychique".

Cet atelier a également permis à ces hommes et femmes de sortir de leur isolement et de leur quotidien, souvent très difficile. "Il s'agit aussi de leur permettre d'avoir une meilleure estime de soi, d'autant que pour les réfugiés, même s'ils sont au Maroc, ce n'est pas facile d'avoir un emploi", précise Malgorzata Bratkrajc. Pendant une semaine, "ils ont donc pu sortir de ce contexte là, voir autre chose, rencontrer des gens et se faire des amis, cela a aussi eu un impact sur leur état psychique".

Mettre en valeur les femmes réfugiées et leur histoire

Le projet "Histoires sans visas" sera révélé en mars, à une date qui n'a pas été choisie au hasard. "L'événement est prévu le jeudi 9 mars, autour de la Journée internationale de la femme, pour illustrer les histoires de femmes réfugiées et mettre en valeur leur résilience", explique le HCR dans un communiqué. Les histoires seront également disponibles à la même date sur la page Facebook de l'UNHCR Maroc.

LIRE AUSSI:Migrants: Le Maroc est-il toujours une porte d'entrée de l'Europe?