TUNISIE
06/02/2017 13h:13 CET

Quatrième commémoration de l'assassinat du martyr Belaïd : Entre hommage et protestation

TUNIS, TUNISIA - FEBRUARY 4: Tunisians gather during the death anniversary of the Chokri Belaid as they demand from Government to unveil the mystery of his death, in Tunis, Tunisia on February 4, 2017. (Photo by Yassine Gaidi/Anadolu Agency/Getty Images)
Yassine Gaidi/Anadolu Agency/Getty Images
TUNIS, TUNISIA - FEBRUARY 4: Tunisians gather during the death anniversary of the Chokri Belaid as they demand from Government to unveil the mystery of his death, in Tunis, Tunisia on February 4, 2017. (Photo by Yassine Gaidi/Anadolu Agency/Getty Images)

Quatre années sont passées depuis l’assassinat du leader de la Gauche et dirigeant au sein du Front populaire, Chokri Belaïd. En collaboration avec le Parti unifié des patriotes démocrates (WATAD), la Fondation Chokri Belaïd contre la violence a organisé un grand programme qui s’étendra du 6 jusqu’au 8 février 2017.

La commémoration a démarré ce matin devant l’ancien domicile de la famille Belaïd, là où a été assassiné le martyr.

Quelques heures plus tard, et en présence du président de la République et du chef du gouvernement, la place des droits de l’Homme, située à l’avenue Mohamed V, a été officiellement rebaptisée place Chokri Belaïd et des droits de l’Homme.

A cette occasion, le chef de l’Etat a accordé une déclaration aux médias où il a estimé que le martyr est le réel symbole de la révolution tunisienne. Une révolution qui a été réalisée, toujours selon Béji Caïd Essebsi, par des jeunes non-encadrés et conduits par leur patriotisme uniquement.

Le président de la République a de même appelé tous les intéressés à ne plus lancer des accusations en l’air sans qu’elles ne soient basées sur des preuves nettes et précises en ce qui concerne l’assassinat et ses commanditaires.

Présent à la même cérémonie, l’ancien secrétaire-général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Houcine Abassi, a exprimé son émotion en racontant que la matinée de l’assassinat, il devait rencontrer le martyr au siège de la centrale syndicale.

Houcine Abassi a appelé tous ceux qui ont promis de révéler la vérité sur ce dossier à honorer leurs engagements et a insisté sur l’importance de la tenue du congrès national sur la lutte contre le terrorisme.

De son côté, la présidente de la Fondation Chokri Belaïd contre la violence, Basma Khalfaoui, a expliqué, sur les ondes de Mosaïque Fm, qu’il existe des forces politiques qui œuvrent afin que le dossier de l’assassinat soit bloqué au niveau de la Justice. Appelant le comité de défense, les organisations nationales et les composantes de la société civile à continuer les efforts et les pressions afin que toute la vérité soit révélée, maître Khalfaoui a renouvelé son intention de continuer à mener le combat.

Pour le porte-parole du Front populaire, Hamma Hammami, Béji Caïd Essebsi a sacrifié ses engagements relatifs au dossier Belaïd pour préserver son alliance avec le mouvement d’Ennahdha. Les mouvements d’Ennahdha et de Nidaa Tounes n’ont aucun intérêt à révéler la vérité sur les dossiers de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, selon ses dires. Le porte-parole du Front populaire a déclaré, sur Shems Fm, que le mouvement d’Ennahdha a une responsabilité politique et éthique dans ce dossier vu que le crime a eu lieu lors de sa période de règne.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.