MAROC
03/02/2017 11h:04 CET | Actualisé 03/02/2017 11h:08 CET

Gouvernement: Non, les négociations n'avancent toujours pas

MAJORITÉ - Au moment où plusieurs médias font état d'une reprise des consultations entre le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane et le bloc de négociation formé par le Rassemblement national des indépendants (RNI), il n'en est rien.

Contacté par le HuffPost Maroc, Mohand Laenser, secrétaire général du Mouvement populaire (MP), indique qu'il n'y a pas eu de prise de contact avec le chef du gouvernement, ni de rencontres entre le quatuor formé autour du RNI . De même, Nabil Benabdellah, secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS) déclare qu'"il n'y a rien jusqu'à présent", tout en espérant une reprise rapide des négociations.

Près de quatre mois après la tenue des élections législatives, le chef du gouvernement peine à former sa majorité. Selon les informations obtenues par le HuffPost Maroc, Abdelilah Benkirane a proposé au président du RNI, Aziz Akhannouch, d'inclure l'Union constitutionnelle (UC) dans la coalition, mais pas l'Union socialiste des forces populaires (USFP). On ne sait jusqu'à présent pas si Akhannouch a accepté la nouvelle offre faite par le chef du gouvernement.

Cette proposition marque une inflexion dans la position de Benkirane qui, s'il était attaché à la reconduction de la majorité sortante, composée du PJD, du RNI, du MP et du PPS, essaie désormais de trouver un compromis pour accélérer la formation du gouvernement. "Il est improbable que Benkirane fasse une autre concession", indique une source proche des négociations, contactée par le HuffPost Maroc.

LIRE AUSSI:L'UC, cheval de bataille de Aziz Akhannouch