MAROC
03/02/2017 08h:28 CET | Actualisé 03/02/2017 09h:00 CET

Attaque de militaires au Louvre: armes, déroulé... les éléments donnés par les autorités

PARIS - Il était environ 10h (9h au Maroc) ce 3 février quand des militaires en patrouille ont ouvert le feu au Carousel du Louvre, à Paris. Membres de l'opération Sentinelle, ils ont été agressés par un homme armé au moins "d'une machette" et proférant des menaces.

Voici ce qu'a expliqué Michel Cadot à la presse, quelques minutes après que les militaires ont maîtrisé l'individu, l'un d'entre eux étant légèrement blessé au "cuir chevelu". Comme le montre notre vidéo en tête d'article, le préfet de police de Paris explique que l'homme, dont l'identité n'est pas encore connue, a notamment crié "Allah Akbar". Il ne parle toutefois pas explicitement d'une attaque terroriste, préférant une formule plus mesurée.

Michel Cadot a ainsi évoqué "une personne qui avait une volonté d'agression, directement menaçante, qui proférait des propos laissant penser qu'elle souhaitait le faire dans un cadre terroriste". Il a également ajouté que l'assaillant n'avait pas "dans son sac des éléments plus dangereux que la machette ou les machettes". Pour sa part, le premier ministre Bernard Cazeneuve a estimé qu'il s'agissait "visiblement" d'une "attaque à caractère terroriste".

Il a aussi été précisé que l'individu avait été "très grièvement touché à l'abdomen" par l'une des cinq balles tirées par les militaires et que les pompiers s'occupaient de lui. Par ailleurs, le préfet de police de Paris a expliqué qu'une "deuxième personne qui avait un comportement suspect a fait l'objet d'une interpellation. Mais elle ne semble pas a priori avoir un lien direct avec l'attaque."

LIRE AUSSI: