TUNISIE
01/02/2017 06h:14 CET | Actualisé 01/02/2017 06h:42 CET

Un Tunisien suspecté dans l'attaque du musée du Bardo arrêté en Allemagne

Tunisians stroll in Tunisia's National Bardo Museum Monday, March 30, 2015. The Bardo Museum is open to the public again for the first time since extremist gunmen opened fire on foreign tourists earlier this month, killing 22 people in the country's worst attack on civilians in 13 years. (AP Photo/Hassene Dridi)
ASSOCIATED PRESS
Tunisians stroll in Tunisia's National Bardo Museum Monday, March 30, 2015. The Bardo Museum is open to the public again for the first time since extremist gunmen opened fire on foreign tourists earlier this month, killing 22 people in the country's worst attack on civilians in 13 years. (AP Photo/Hassene Dridi)

Le ressortissant tunisien, suspecté de vouloir préparer un attentat en Allemagne et arrêté mercredi, était recherché en Tunisie pour son rôle présumé dans les attaques jihadistes du musée du Bardo et de la ville de Ben Guerdane, a annoncé le parquet allemand.

En Tunisie, le suspect "fait l'objet d'une enquête pour sa participation à la planification et à la mise en oeuvre de l'attentat du musée du Bardo le 18 mars 2015 et de l'attaque contre la ville tunisienne frontalière (de la Libye) de Ben Guerdane début mars 2016", a indiqué le parquet de Hesse dans un communiqué, accusant l'individu non identifié de 36 ans d'agir pour le compte du groupe jihadiste Etat islamique.

Les enquêteurs allemands le soupçonnent d'avoir été un "recruteur et passeur pour le groupe terroriste étranger qui s'est auto-proclamé Etat islamique" et d'avoir monté un "réseau de soutien" à cette organisation en Allemagne.

Son objectif était d'y commettre une attaque mais "ce projet d'attentat en était encore à ses prémisses, en particulier, aucune cible concrète n'avait été déterminée".

Son arrestation mercredi à l'aube a eu lieu à l'issue d'une vaste opération policière qui a mobilisé 1.100 agents dans l'Etat-région de Hesse. Seize personnes âgées de 16 à 46 ans sont visées par cette enquête et 54 perquisitions ont été menées dans ce cadre.

Le principal suspect, après un premier séjour en Allemagne de 2003 à 2013, était revenu en Allemagne en tant que demandeur d'asile en août 2015, au pic de la crise migratoire européenne.

Comme dans le cas du Tunisien Anis Amri, auteur de l'attentat du 19 décembre 2016 à Berlin, la Tunisie n'avait pas donné suite à une demande de l'Allemagne de le renvoyer dans son pays.

Les refus réguliers de Tunis et d'autres pays du Maghreb de reprendre leurs ressortissants déboutés de leurs demandes d'asile constituent un sujet de tension croissant avec l'Allemagne à cause de l'attentat de Berlin mais aussi en raison de la vague d'agressions sexuelles commises à Cologne la nuit du Nouvel An 2015-2016 et attribuées par la police à des migrants nord-africains.

Les attaques du Bardo et de Ben Guerdane sont parmi les plus importants attentats jihadistes commis en Tunisie. Celle du musée en mars 2015, la première de cette ampleur, avait coûté la vie à 21 touristes étrangers et un policier tunisien.

La ville frontalière avec la Libye de Ben Guerdane avait, elle, été attaquée en mars 2016 par des dizaines de jihadistes mais la riposte des forces de l'ordre a largement été saluée comme un succès. Le 7 mars, 55 assaillants au moins y avaient été tués ainsi que 13 membres des forces de l'ordre et sept civils.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.