MAROC
31/01/2017 06h:50 CET | Actualisé 31/01/2017 06h:51 CET

Saâdeddine El Othmani: "Le Maroc est appelé à participer à la reconstruction de l'Union africaine" (INTERVIEW)

DR

DIPLOMATIE - Hier, lundi 30 janvier, le Maroc a été officiellement admis à l'Union africaine (UA), après une longue bataille diplomatique qui a vu les Etats opposés à son retour déployer différentes manœuvres pour retarder celui-ci. Ex-ministre des Affaires étrangères et président du Conseil national du Parti de la justice et du développement (PJD), Saâdeddine El Othmani livre son point de vue sur le retour du Maroc à l'Union africaine.

Le HuffPost Maroc: Quelle signification revêt le retour du Maroc à l'Union africaine?

Saâdeddine El Othmani: C'est un moment historique pour le Maroc. Cela permettra de corriger les erreurs qui ont été commises du temps de l'Organisation de l'unité africaine (OUA, ancêtre de l'UA ndlr), puis à l'Union africaine. L'organisation a essayé, durant de longues années, de s'immiscer dans le dossier du Sahara, et de s'imposer auprès des Nations unies, à l'instigation de la présidente de la Commission de l'Union africaine, qui a eu une prise de position très orientée à ce sujet.

Ce faisant, l'Union africaine a joué un rôle négatif dans le règlement de ce dossier. Le retour du Maroc permettra au royaume de contribuer à rectifier le tir et à réajuster la trajectoire de l'organisation, afin de faire en sorte qu'elle joue un rôle positif et neutre pour le règlement du dossier du Sahara.

Ce retour a également une portée diplomatique. Le Maroc jouit, désormais, d'un plus grand poids dans le continent. Et malgré le fait que certains Etats ont essayé de parasiter le retour du Maroc en posant un certain nombre de conditions et d'obstacles pour retarder sa réintégration, la majorité des pays africains ont voté en faveur du retour immédiat du Maroc, ce qui constitue une belle victoire pour la diplomatie marocaine.

Y a-t-il des rôles que la diplomatie parallèle, notamment parlementaire, est appelée à jouer pour consolider la position du Maroc à l'Union africaine?

Evidemment. Désormais, le mode de fonctionnement d'un certain nombre d'institutions va changer. Auparavant, nous étions absents de la totalité des organes et des institutions de l'Union africaine. Aujourd'hui, nous serons présents, que ce soit au parlement panafricain ou dans les autres organes. Le parlement marocain sera donc appelé à jouer un rôle plus important. Cela comporte aussi bien des points positifs que des défis. Et ces défis vont devoir être relevés.

Quel rôle pourra jouer, dans l'immédiat, le Maroc à l'Union africaine?

Le grand dossier du moment, à l'Union africaine, est celui de la réforme de l'organisation, qui a décidé de réviser sa charte et de revoir son mode de fonctionnement. L'Union africaine est appelée à jouer un plus grand rôle, que ce soit en matière de règlement des conflits dans le continent, ou pour pousser la locomotive du développement économique et social, ou encore dans la lutte contre la pauvreté. Il y a des dysfonctionnements qui, aujourd'hui, ne permettent pas à l'Union africaine de remplir correctement ces rôles. Par conséquent, les Etats membres ressentent la nécessité de réformer l'organisation. L'un des points clés du retour du Maroc à l'UA est qu'il pourra participer au chantier de la reconstruction de l'organisation.

Le parlement marocain désignera-t-il bientôt ses représentants au parlement panafricain?

Nous nous pencherons sur cela. Vu que le Maroc a réintégré l'Union africaine, les différents groupes parlementaires seront appelés à désigner les députés qui les représenteront au parlement panafricain, selon le principe de la représentation proportionnelle. Cela se fera avant la prochaine session du parlement panafricain.

LIRE AUSSI: