TUNISIE
25/01/2017 14h:59 CET

Samia Abbou tire à boulets rouges contre Ghannouchi et Caïd Essebsi

Facebook/Samia Abbou

“Mais dites à Rached Ghannouchi de se taire”, a martelé la députée du courant démocratique, Samia Abbou, sur les ondes de Shems Fm, en commentant ses derniers propos relatifs au retour des jihadistes de zones de conflit. Elle a expliqué que les déclarations du dirigeant d’Ennahdha divisent les Tunisiens et provoquent la confusion et même la panique chez certains.” Ses déclarations exacerbent les sentiments des Tunisiens et ne font qu’attiser les tensions,” a-t-elle expliqué.

Connue pour ses interventions musclées, la députée a appelé, en effet, les dirigeants d’Ennhdha qui ont leur mot à dire au sein du parti tels que Samir Dilou et Houcine Jaziri de demander à Ghannouchi de s’abstenir de faire des déclarations à ce sujet.

LIRE AUSSI: L'arrivée de prédicateurs salafistes à l'époque de la Troika est une erreur estime Rached Ghannouchi

Abbou accuse Ennahdha et Nidaa du retard de l’adoption de la loi électorale

Revenant sur le blocage concernant l’adoption de la loi électorale au sein de l’Assemblée de Représentants du Peuple (ARP), Abbou a noté que la question portant sur la participation des sécuritaires et des militaires aux élections municipales n’est pas la cause du retard d’adoption. Elle a estimé que le différend est plus d’ordre politique que procédural en expliquant que certains partis tels que Nidaa Tounes en premier lieu et Ennahdha craignent les municipales. Selon elle, ces partis ne sont pas encore prêts pour procéder aux élections. “Ce retard est crime à l’égard des Tunisiens et de la démocratie,” a-t-elle indiqué en ajoutant qu’on ne peut pas parler de développement sans les municipalités élues.

D’après Aymen Aloui, député du Front Populaire, c’est le mouvement Ennahdha qui ne veut pas la tenue des municipales et qu’il est le responsable du blocage. Aloui a expliqué, dans une interview à Mosaïque, que tout dépendra de la décision du bureau exécutif d’Ennahdha. Selon lui, Ennahdha n’a pas rejeté ouvertement le vote des agents de sécurité et militaire mais des cadres du parti sont contre l’approbation de cet article.

Or le député Abdellatif Mekki a noté sur un post publié sur sa page Facebook que le bloc du mouvement Ennahdha a exprimé sa disposition à voter l’article de loi électorale relatif au vote des militaires et des sécuritaires. Il a indiqué que le bloc est prêt à voter ledit projet dans sa globalité, et ce afin de garantir la rapidité de tenue des élections municipales, dans les meilleurs délais.

Notons que l’adoption de la loi électorale a été reportée maintes fois.

A LIRE AUSSI: L'ISIE d'un blocage à un autre: C'est pour quand la délivrance?

BCE dans le collimateur de Abbou

Abbou a fortement critiqué, par ailleurs, la vidéo du président de la République dans laquelle il dément la vente de la Rolls Royce de Habib Bourguiba. “Au lieu de faire une vidéo sur la voiture de Bourguiba, il aurait dû rassurer les Tunisiens sur son état de santé,”a-t-elle demandé à Béji Caïd Essebsi. Et d’ajouter, “il n’a pas fait de déclaration sur sa santé et il n’a pas présenté la déclaration de ses biens. Ce n’est pas à lui de démentir la vente du véhicule de l’ancien président, un conseiller aurait pu le faire ».

Par ailleurs, la députée a indiqué que l’image donnée par le parti au pouvoir, à savoir Nidaa Tounes, à travers ses conflits ne fait que nuire au pays et décourager les investisseurs.

LIRE AUSSI: Vente de la Rolls-Royce offerte par la reine Elisabeth II à Bourguiba: Caid Essebsi dément sur Facebook

En réponse à ses propos, Mourad Dallech, le président du comité juridique de Nidaa Tounes, est intervenu sur les ondes de la même radio pour clarifier ce point. Il a noté que le différend au sein de son parti n’a rien à voir avec l’investissement en qualifiant de caricaturale la description de Abbou.

Selon un récent sondage réalisé par Sigma Conseil, la popularité de Samia Abbou ne cesse de croître au cours de ces derniers mois. Fortement talonnée par les Nahdhaouis, Abbou occupe la deuxième place après le journaliste Safi Saïd en matière d’avenir politique. Le sondage dévoile que cette dernière est très appréciée par la base électorale d’Ennahdha dépassant les leaders du mouvement eux-mêmes. Avec 60,8% , Abbou dépasse le dirigeant d’Ennahdha Mourou (53%) et même Rached Ghannouchi (41,7%) au niveau de confiance accordée par la base électorale d’Ennahdha.

Ces chiffres témoignent de la grande popularité dont bénéficie la députée notamment à la suite de ses interventions de choc et “courageuses pour certains”. Rappelons son intervention du 23 décembre dernier au parlement où elle s’est emportée contre le ministre de l‘Intérieur dans l’affaire de Zouari. Elle a même accusé, sans mâcher ses mots, les autorités en question de ne pas vouloir lutter contre le terrorisme mais de s’y investir pleinement, selon ses dires.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.