MAROC
25/01/2017 07h:26 CET | Actualisé 25/01/2017 07h:47 CET

Capital immatériel : Bank Al Maghrib et le CESE démentent l'exclusivité médiatique

DR

MEDIAS – La publication d’une étude signée par Bank Al Maghrib et le Conseil économique, social et environnemental, par nos confrères de «L’Economiste» a fait réagir les auteurs. Dans un communiqué commun, les deux institutions soulignent que «ce rapport, élaboré sur Hautes Orientations Royales, n’a pas été rendu public, contrairement à ce qui a été avancé par le quotidien», ajoutant qu’ils «n’ont donné aucune exclusivité à un quelconque support de presse».

Le rapport en question traitait notamment du capital immatériel «comme facteur de création et de répartition équitable de la richesse nationale», selon les dires du journal, qui précise que les conclusions «indiquent que la valeur de la richesse globale du Royaume, à prix courants, a plus que doublé entre 1999-2013, passant de 5.904 milliards de dirhams à 12.833 milliards».

Un chantier lancé depuis 2014

En 2014, suite au discours royal, les institutions se sont lancées dans l’évaluation du capital immatériel. Un concept complexe, tant il n’est pas aisé à cerner, de par sa portée multidimensionnelle et la difficulté de sa mesure, à partir des données des systèmes de comptabilité traditionnels. Il a été introduit d'abord dans le domaine de l'entreprise ; ensuite, à l'échelle des pays grâce aux rapports élaborés par la Banque Mondiale et l'OCDE.

LIRE AUSSI :

  • Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost Maroc, cliquez ici
  • Chaque jour, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost Maroc
  • Retrouvez-nous sur notre page Facebook
  • Suivez notre fil Twitter