MAROC
24/01/2017 08h:58 CET | Actualisé 24/01/2017 12h:47 CET

La La Land, le feel good movie qu'il nous fallait pour bien démarrer l'année

Flickr / BagoGames

CINEMA - HuffPost Maroc a assisté à l'avant-première La La Land. Retour sur le succès annoncé d'un feel-good movie en passe de devenir un joli phénomène de société.

Le pari était loin d'être gagné, mais comme toute belle aventure hollywoodienne, le succès est au rendez-vous. En septembre dernier déjà, au Festival international du film de Venise, les critiques étaient plus qu'élogieuses pour saluer le troisième long-métrage de Damien Chazelle, jeune réalisateur de 32 ans qui s'était précédemment illustré par le brillant Whiplash. Début janvier aux Golden Globes, son La La land remportait les 7 trophées pour lequel il était nominé, une première dans l'histoire de la cérémonie américaine. Meilleure actrice dans une comédie pour Emma Stone, Meilleur acteur dans une comédie pour Ryan Gosling, Meilleure comédie, Meilleur scénario, Meilleur metteur en scène pour le réalisateur Damien Chazelle, Meilleure musique et chansons originales... Le film rafle tout sur son passage et s'annonce comme le favori aux Oscar avec 14 nominations, égalant le record de Titanic. Avant de se présenter triomphant sous une pluie de prix, il aura fallu six ans à Damien Chazelle pour convaincre les producteurs de financer cette comédie musicale, un genre délaissé par manque de rentabilité. Bien leur en a pris au vu des chiffres du box-office US, La La Land se hissant contre tout attente devant le mastodonte Star Wars Rogue One.

La mélodie du bonheur (et du succès)

La recette gagnante de ce triomphe? Une histoire d'amour qui dépoussière le genre de la comédie musicale, avec une intrigue ancrée dans le L.A. d'aujourd'hui, non sans un petit côté rétro pleinement assumé pour rendre hommage aux films hollywoodiens mythiques, mais aussi conférer un côté intemporel aux thématiques abordées, le tout saupoudré de chorégraphies enjouées et d'airs entêtants.

Au cœur de cette fable moderne, Mia (campée par la talentueuse Emma Stone) court les castings et sert des cafés dans les studios de cinéma en attendant de décrocher le rôle de sa vie. Ryan Gosling interprète pour sa part Sébastien, pianiste qui compte sur sa bonne étoile pour réaliser son rêve, ouvrir un club de jazz. On n'en dira pas plus pour ne pas "spoiler" et ne rien gâcher du plaisir d'un scénario audacieux, si ce n'est que le film est un bel hommage aux courageux ou inconscients qui s'accrochent pour réaliser leurs rêves.

Débordant d'humour et de jolies trouvailles visuelles, La La Land est un film magique, frais, coloré, rythmé, exalté, avec un enthousiasme contagieux. On est cueilli dès l'ouverture ensoleillée et dansante sur un périphérique encombré de Los Angeles, jusqu'à la fatidique formule "The end", précédée par un épilogue époustouflant (souvenez-vous, Damien Chazelle nous avait déjà fait le coup dans Whiplash avec son final étourdissant). La La Land communique sans mièvrerie son romantisme et sa joie de vivre, donne envie d'aimer, de croire en ses rêves, de visiter Los Angeles de jour comme de nuit, et pourquoi pas de chanter en faisant des claquettes.

Un feel-good movie

Déjà distribué aux États-Unis et à peine sorti en Europe (au Maroc, le film sera distribué dès le 25 janvier), La La Land est en passe de devenir un joli phénomène de société. La bande originale caracole en tête des charts américains, tandis que les covers et tutorials des chansons du film à l'instar de "City of stars" et "Another day of sun" se multiplient sur YouTube, tout comme les analyses de scènes et les déclarations d'amour enflammées à La La Land, partagées par des internautes et des blogueurs sous le charme de ce feel-good movie.

Séduite par l'univers du film, la marque Tara Jarmon propose dans ses boutiques depuis le 21 janvier une robe exclusive inspirée de la garde-robe féminine et rétro portée dans le film par Emma Stone. Côté mode toujours, de nombreux sites déclinent des shoppings pour s'habiller à la manière de son personnage, tandis qu'en Grande-Bretagne, les ventes des robes jaunes (comme celle qui figure sur l'affiche du film) ont augmenté de 44% rapporte Edited, le site britannique de données analytiques spécialisé ès mode.

Même Pep Guardiola, l'entraîneur de Manchester City, a emmené ses joueurs voir le film au cinéma, peut-être pour capitaliser sur la propension du film à donner la pêche. La cérémonie des Oscars qui approche à grands pas (26 février prochain) devrait tout autant porter chance à La La Land. En attendant, dans les Megarama du royaume et à la Renaissance à Rabat, on se rue dans les salles de cinéma plutôt que sur un énième DVD piraté, pour profiter pleinement des techniques Technicolor et CinémaScope et parfaire l'hommage de La La Land au 7ème art.

LIRE AUSSI: