TUNISIE
20/01/2017 15h:40 CET | Actualisé 21/01/2017 11h:25 CET

Tunisie- Les appels au secours à Béjà face à l'extrême pauvreté (VIDÉOS)

Le lieu, les campagnes du gouvernerat de Béjà. En ce temps pluvieux et avec ce froid glacial et alors que nombreux sont ceux qui se réjouissent de la beauté de ce climat neigeux, d'autres en souffrent et appellent au secours.

La page Facebook Béjà TV a recueilli leurs témoignages. Isolés, ces Tunisiens vivent entassés dans des gourbis, dans des conditions misérables. "Je vis dans ce gourbi avec mes six enfants, dont une est handicapée. Le délégué nous a apporté un matelas, les enfants se disputent pour s'y installer la nuit (...) Mon mari quant à lui a fui, laissant ses quatre gamins de son premier mariage (...) je rêve de tenir un balai avec lequel nettoyer ma maison, quand vous vous achetez la peinture pour blanchir vos murs, moi j'asperge les miens de boue pour les solidifier", s'exclame une mère qui exhorte les autorités à venir les voir afin de leur trouver une issue.

"J'ai six enfants à charge, je ne trouve pas de quoi les éduquer. Je ramasse du bois pour faire du charbon afin de subvenir à leurs besoins et je n'arrive pas à joindre les deux bouts. J'ai un enfant à Tunis mais qui est en chômage et une fille qui fait une dialyse toutes les semaines, ce qui nécessite des moyens. Mes autres quatre enfants ne vont plus à l'école depuis leur quatrième année primaire", a lancé un père de famille désespéré.

"Venez nous voir, nos gourbis ne tiennent pas face à la pluie, les routes sont impraticables", déplore une autre femme.

"On nous a dit (les autorités) qu'ils allaient nous déloger d'ici et nous chercher une solution mais on n'a rien eu", fustige une autre.

"On nous ignore. Comme si cette région ne faisait pas partie du territoire tunisien", s'exclame un vieillard.

D'autres, un couple et leur enfant vivent avec leur âne et leur chien sous le même gourbi. Leurs ressources: 180 dinars gagnés du travail du mari, ouvrier: "Avec cette somme, comment on peut vivre (...) les politiques ne cherchent que les postes, qu'ils viennent constater notre état", s'est indignée la femme. Quant à son époux, il pointe du doigt des responsables incompétents: "Je demande à monsieur le gouverneur de quitter un peu son bureau pour voir ce qui se passe (...) je lui dis que ses employés sont des nuls; hier ils sont venus pour nous apporter une couverture misérable, un matelas et une paire de chausseurs pour mon fils qu'il n'a pas pu la mettre puisque les deux pairs sont pour le pied gauche! C'est lamentable", dénonce-t-il.

Il est à noter que la vague de froid que traverse la Tunisie a dévoilé l'état de misère de nombreux Tunisiens, qui ont appelé les autorités à intervenir face à leur incapacité à y faire face. Beaucoup d'associations et de particuliers se sont mobilisés ces derniers jours pour les secourir.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.