MAROC
19/01/2017 08h:00 CET | Actualisé 19/01/2017 08h:08 CET

e-Gov : Les Impôts et la CNSS premiers de la classe, l'Intérieur à la traîne

DR

ADMINISTRATION- Opacité, bureaucratie, lenteur des procédures…Le fossé entre l’administration et les citoyens n'a cesse de se creuser. Au moment où le discours des autorités autour de la digitalisation des procédures administratives s'accentue, le ressenti quotidien des administratifs est loin d’être positif. Lors d’une rencontre organisée par Finatech Group autour de la question jeudi 19 janvier, l’évaluation de la stratégie gouvernementale est loin d’être homogène. En effet, si certaines administrations semblent être à l’avant-garde, d’autres par contre traînent encore…

Les premiers de la classe en matière de digitalisation sont sans doute l’administration fiscale et la Caisse nationale de la Sécurité sociale. Les derniers chiffres disponibles de la DGI relatifs au dépôt en ligne des déclarations des traitements et salaires révèlent qu’à fin février 2016, près de 7.500 déclarations des traitements et salaires ont été déposées en ligne (dont 7.400 pour le seul mois de février), contre environ 1.800 dépôts en 2015.

Le nombre de personnes déclarées a également enregistré une hausse conséquente de 215% par rapport à 2015, en atteignant plus de 1,5 million de personnes, contre environ 500.000 personnes en 2015. Grâce à des outils tels que le BPM (business process management), les administrations parviendront à l’optimisation et la modernisation de leurs outils d’accès et d’échanges avec les usagers. Mais l’amélioration de cette relation passe nécessairement par des changements profonds de gouvernance.

L’expérience de la CNSS et de son portail Damancom est également probante, car plus de 80% de la masse salariale est déclarée. Le service en ligne comprend à la fois le télépaiement et la télédéclaration qui permettent aux entreprises ou leurs mandataires de déclarer leurs salariés par un échange de formulaires informatisés (pour les PME-PMI) ou encore par un échange de données en ligne. Ce dernier est destiné aux sociétés qui disposent de systèmes internes qui génèrent automatiquement les informations de déclarations de salaires.

Par contre, les services communaux et d’Etat civil sont considérés comme les «moins connectés», alors que ce sont paradoxalement les administrations les plus fréquentées... A ce titre, le ministère de l’Intérieur et Barid Al Maghrib ont mis en place un téléservice qui permet aux citoyens de commander en ligne leurs documents d’état civil auprès de leurs communes de naissance ou consulats. Les commandes effectuées par les citoyens sont transmises directement et de manière électronique et systématique au bureau d’état civil indiqué par le citoyen dans sa commande. Par contre, le bureau produit les documents demandés "selon ses moyens de travail habituels"…Aucune garantie de rapidité donc !

LIRE AUSSI: