MAROC
18/01/2017 18h:03 CET

Une exposition posthume de Leila Alaoui honore sa mémoire à Montréal

Leila Alaoui

PHOTOGRAPHIE - Un an jour pour jour après sa tragique disparition, les clichés de Leila Alaoui sont à l'honneur en ce moment à Montréal. A partir de ce 18 janvier et jusqu'au 30 avril 2017, le Musée des beaux arts de la métropole canadienne consacre une exposition à la mémoire de la jeune photographe franco-marocaine, qui a succombé à un attentat perpétré par le groupe Al Qaeda à Ouagadougou, au Burkina Faso.

"No Pasara", littéralement "Tu ne passeras pas", est une série de 24 clichés, commandée en 2008 par l'Union européeenne (UE). Le nom est une référence au slogan antifasciste de la guerre civile espagnole "No pasaran" (ndlr, ils ne passeront pas).

L'exposition, elle, met en avant les profils de jeunes Marocains qui n'ont qu'une idée en tête: "Brûler" les frontières à la quête d'une meilleure vie de l’autre côté de la Méditerranée. Les images témoignent de leur vécu, leur situation et leurs ambitions loin du Maroc.

Pour réaliser ce reportage-photos, Leila Alaoui, a traversé pratiquement tout le Maroc, de Beni-Méllal (centre du pays) jusqu'à Nador, en passant par Tanger (nord), Leila Alaoui a fait escale dans plusieurs villes du royaume avec pour objectif de comprendre l'immigration "clandestine". Le résultat est intriguant.

"Telle une ethnographe, elle se fait observatrice, à l’écoute de ses sujets avant d’immortaliser leurs états d’âme. Déterminée à comprendre cette nécessité de quitter le pays natal, elle expérimente même le trajet en barque avec trois harraga (brûleurs de frontière) qui ont échoué leur traversée", lit-on dans la présentation de l'exposition sur le site du musée canadien.

Voici quelques uns des clichés de "No pasara" qui sont exposés actuellement au Musée des beaux-arts de Montréal:

"No pasara" de Leila Alaoui

L’exposition est organisée par le Musée des beaux-arts de Montréal, en collaboration avec la Fondation Leila Alaoui, entre autres. Une partie des profits réalisés sur les ventes de ses oeuvres sera versée aux migrants photographiés dans "No Pasara".

Née en 1982, Leila Alaoui est décédée le 18 janvier 2016, après avoir été grièvement blessée dans un attentat à Ouagadougou. Elle était sur place pour travailler sur un projet d'Amnesty International autour d'un documentaire sur les violences faites aux femmes en Afrique de l'Ouest.

LIRE AUSSI: