TUNISIE
18/01/2017 14h:27 CET | Actualisé 24/01/2017 05h:48 CET

Bahi Ladgham raconté par sa fille

18 janvier 1952, la Tunisie débutait sa bataille contre la colonisation.

Une date marquant la révolte d'un peuple et celle d'une classe politique travaillant autour et en marge de Habib Bourguiba.

Bahi Ladgham fait partie de ces hommes de la "période cruciale" devenus, une fois le combat fini, les leaders d'après indépendance.

Retour sur l'oeuvre et la vie de cette figure de l'Histoire tunisienne, en compagnie de sa fille.

bahi

Bahi Ladgham et sa fille Zohra (à 20 ans), à Paris où elle était étudiante

Lorsqu'elle parle de son père, Zohra alterne images d'enfance et flashs de moments nationalement historiques. C'est que Bahi Ladgham* raconté par sa fille cesse d'être la figure politique de l'Histoire de la Tunisie et devient un père de famille comme tant d'autres. Comme tant d'autres certes, mais avec cette particularité que peut avoir un Tunisien ayant épousé la politique à vingt ans, ayant oeuvré en période de décolonisation, ayant fait la prison pour ses idées à 25 ans et ayant marqué son époque d'après-indépendance.

Des événements qu'a connus, de près, son père, Zohra raconte des bribes de souvenirs vécus en marge de l'Histoire, dans l'intimité de leur foyer ou pendant des moments privilégiés que son père lui a permis de vivre en première ligne, à ses côtés.

La rencontre de Bahi Ladgham avec Nelson Mandela fait partie de ces moments qui lui ont fait côtoyer deux géants de la politique et du militantisme.”Nelson Mandela avait connu mon père au début des années 60 en tant que Secrétaire d’état à la défense nationale lors d’une visite en Tunisie alors qu’il était venu solliciter du nouveau gouvernement tunisien une aide logistique pour son organisation le "Congrès national africain" dit ANC . Cette aide lui a été fournie avec grande solidarité. De retour en Tunisie , lors du Sommet de l’OUA en 1992, après ses 27 ans de prison et après qu’il soit devenu Président de l’Afrique du Sud, il a demandé de rencontrer mon père", précise Zohra.

"J'étais à côté de lui, dans son bureau à la maison, lorsqu'on l'a appelé pour lui annoncer que Mandela voulait le revoir. Il m'a demandé si je voulais l'accompagner et je n'ai pas hésité à accepter. " Zohra rapporte un moment de "grande fraternité panafricaine et d'humanité" qui a permis à son père de parcourir avec le militant sud-africain l'Histoire de la Tunisie et la géopolitique de la région.

Pendant ses 28 années loin de la sphère du pouvoir, Bahi Ladgham n'a pas cessé de suivre l’évolution générale de la Tunisie aux plans national et international, comme en témoigne sa fille. "Malgré son retrait de la vie publique officielle, il a continuellement été sollicité pour participer à des colloques et séminaires nationaux et maghrébins sur l'Histoire de la Tunisie. Il a été sollicité par la presse écrite tunisienne et internationale pour des interviews sur l'actualité et a régulièrement donné des conférences à l'université tunisienne, à l'institut de presse de Tunis et avec des fondations et associations tunisiennes et occidentales notamment à l'étranger. Le corps diplomatique international accrédité à Tunis a continué de lui rendre des visites de courtoisie et certaines personnalités politiques en visite en Tunisie aimaient le rencontrer" . Pour Zohra, Bahi Ladhgram a continué à exister politiquement et à participer à la vie publique tunisienne jusqu'à sa mort en 1998.

“Je n'ai pas vu mon père connaître le désœuvrement d'après la fin de l'activité politique professionnelle. Il se levait très tôt le matin pour aller "travailler" dans son bureau installé dans notre maison."

"Au milieu de ses livres rares il parcourait le monde, l'Histoire et l'actualité et suivait le parcours de ce pays qu'il a vu échapper du joug de la colonisation. A la moindre question, il nous répondait avec un grand souci de "contextualisation", une capacité de persuasion étonnante et une force oratoire exceptionnelle", décrit-elle.

"En famille, particulièrement en présence de ma mère , il veillait à ce que nos échanges autour de questions philosophiques, d'actualité ou ayant un lien avec l'Histoire se déroulent en langue arabe. J'y vois le tact d'un mari ne voulant pas exclure son épouse exclusivement arabophone et la volonté de lui permettre de participer pleinement à nos discussions passionnantes et passionnées”. Car à ses quatre enfants à savoir Abderrahmen, Professeur de médecine et ancien Ministre de la Gouvernance et de la lutte contre la corruption , Houda , Cadre retraitée de banque , Zohra , Ambassadrice et Feu Bochra , Artiste comédienne, Bahi Ladgham a veillé à transmettre sa passion pour l'archéologie et pour l’Histoire universelle .

"Sa bibliothèque a représenté pour moi une mine de connaissances et d’ouverture sur le monde. Il m’a conseillée et guidée dans le choix de mes lectures, m’a initiée à l'intérêt pour les biographies et mémoires de grandes figures politiques nationales et internationales. C'est grâce à lui que j'ai découvert les Mémoires de De Gaulle à 13 ans, que j'ai choisi d'étudier l'Histoire ensuite. Je lui dois l’amour de la nature et du voyage dont il était le meilleur des guides."

Zohra dit avoir appris de son père la persévérance et avoir pris de lui sa témérité et sa force de résistance "Toujours debout, c'est sa réplique pour nous signifier que, dans la vie, il faut avancer sans fléchir, ni devant les obstacles ni devant les hommes. Et face à l'adversité ou aux blocages il nous a appris à négocier. Avec lui je devais argumenter pour tout, il me poussait à plaider pour mes propres petites causes, lui qui, à 25 ans, a plaidé, seul devant un tribunal militaire, pour la sienne".

Sa force de caractère, Bahi Ladgham semble avoir tenu à la transmettre à ses enfants "mais sans être un père castrateur", souligne Zohra. "J'ai redécouvert mon père en grandissant et en en apprenant davantage sur son parcours politique , ses combats , ses réalisations et ses missions menées à terme. Je n'ai toutefois perçu de lui, tout au long de mon enfance et de ma jeunesse, moi l'enfant des retrouvailles entre lui et ma mère, moi l'enfant d'après l’adversité, la prison, l’exil, et l'indépendance que l'image d'un père très présent."

"Comment arrivait-il à mener à bien ces deux rôles? Comment pouvait-il être si proche de nous, nous marquer si profondément et déterminer nos destins avec ses multiples initiations et, incitations intellectuelles et conceptuelles, ses valeurs humaines et être dans l'Histoire de la Tunisie celui qu'il a réussi à être?"

"Un mystère"... Un mystère qui s'appelle "rigueur et pédagogie", d'après sa fille. "Avec lui , nulle place pour l'ennui. Tout est cadencé, organisé, réglé, au détail près".

Une manière d'ordonner le quotidien qui lui permettait de gérer l'agenda de vacances de ses enfants comme de gérer le sien plus dense.

Ce qui laissait à la figure politique occupant de hauts postes à la tête de l'Etat, le temps de pratiquer des loisirs autres qu'intellectuels. "Papa était autant cérébral que manuel. Il cultivait son jardin avec art et ses arbres et plantes ornant notre jardin qu'il arrosait pendant les fins d'après-midis d'été en témoignent encore. Il bricolait dans un espace qu'il avait aménagé au grenier de notre maison et rabotait des heures durant, fabriquant des étagères aux détails ornementaux tunisiens avec une grande habileté...il était également féru de Malouf , de musique classique orientale et de musique et chants soufis.”

A Zohra, Bahi Ladgham a choisi de donner le prénom de sa mère, qu'il a perdue à l'âge de 9 ans, un prénom qu'elle dit porter comme une mission. Une mission qui se poursuit autrement pour cette descendante aujourd'hui ambassadrice de Tunisie. "Je puise, dans ce qu'il a été, la force et la volonté d'assumer une haute responsabilité , une mission patriotique de représentation d'une Nation, d'un peuple qui a consenti des sacrifices humains du temps du colonialisme, qui a fourni des efforts remarquables pour son développement économique et social et qui continue d'être dans la marche de l'Histoire".

L'exercice de son métier, il la renvoie très souvent aux valeurs patriotiques de son père, sa conception du service public, comme elle l'explique avec émotion:

"J’ai le sentiment d'être investie d'une belle mission de perpétuation de sa mémoire à travers la représentation diplomatique de cette Nation à laquelle il a voué sa vie et dont il a contribué à l'édification", décrit-elle.

Né un 10 janvier, il y a de cela 104 ans, Bahi Ladgham a été l'un des fondateurs de la Tunisie Moderne. Demeurent de lui aujourd'hui des écrits, des photos, des lectures et un sentiment de conscience historique où sa fille dit puiser un sentiment de fierté nationale quant à ses vis à vis politiques dans son pays d'accréditation.

* Bahi Ladgham qui a été le premier Premier ministre de Bourguiba a participé à la création d’organisations nationales, telles que l'Union générale tunisienne du travail et l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat, mais aussi l’école des cadres, une institution qui a formé les futurs cadres politiques du Néo-Destour, comme Taïeb Mhiri et Béji Caïd Essebsi.

Il a été également le chef de file du Comité représentant le Néo Destour pour les Négociations du Protocole de l'Indépendance en Mars 1956 à Paris . Il a été Secrétaire d'Etat à la Présidence de 1956 à 1969 et a mené les négociations pour la nationalisation des terres domaniales tunisiennes après l'indépendance. Il a procédé à l'évacuation de l'armée d'occupation de la base maritime de Bizerte en tant que Secrétaire d'état à la défense après des rencontres et des négociations avec le Général de Gaulle. Il a été le Secrétaire Général du Parti Néo Destour , devenu Parti Socialiste Destourien de 1956 à 1970. Il a également été élu, par la ligue des Etats arabes, Président de la Commission des négociations entre le Royaume Hachémite de Jordanie et l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP) lors du conflit les opposant en septembre 1970.

Galerie photoEn Photos: Bahi Ladgham raconté par sa fille Voyez les images

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.