MAROC
17/01/2017 08h:32 CET | Actualisé 17/01/2017 08h:33 CET

Pour Nabil Benabdellah, la balle est désormais dans le camp de Aziz Akhannouch

DR

MAJORITÉ - Au lendemain de l'élection de l'USFPéiste Habib El Malki à la tête de la Chambre des représentants, les négociations pour la formation du gouvernement sont toujours au point mort.

"Nous avons fait le maximum de propositions pour essayer de sortir de cette situation", nous déclare Nabil Benabdellah.

Deux propositions ont été formulées. La première était que le RNI assure la présidence de la première chambre, ce qu'a refusé Aziz Akhannouch, le président du parti de la colombe. La deuxième proposition, faite par le PPS, était que l'USFP obtienne la présidence de la première chambre" en échange de son soutien à la majorité, et sans participer au gouvernement dans un premier temps", rappelle Nabil Benabdellah. Habib El Malki aurait été élu à l'unanimité président de la Chambre des représentants si l'USFP avait accepté cette offre.

"Au bout du compte, nous avons eu une attitude responsable hier. Personne n'a présenté de candidat et nous avons voté blanc", déclare Benabdellah, qui estime que "la balle est dans l'autre camp maintenant". Même son de cloche du côté d'un autre dirigeant de la majorité, qui estime que "c'est à ceux qui sont allés jusqu'au bout de leur volonté de débloquer la situation aujourd'hui, et de nous dire dans quel sens il va falloir s'orienter".

Hier, mardi 16 janvier, Habib El Malki a été choisi président de la Chambre des représentants au terme d'une élection sans concurrents ni suspens. Candidat unique, il a été élu à 198 voix, ce qui correspond aux votes du RNI, du MP, du PAM, de l'UC et de l'USFP. Le PJD et le PPS ont décidé de voter blanc, et ont déposé 137 bulletins vides dans l'urne, tandis que l'Istiqlal s'est retiré de la séance de vote.

LIRE AUSSI :