ALGÉRIE
16/01/2017 06h:33 CET | Actualisé 16/01/2017 06h:33 CET

L'affaire du baron de la drogue évadé de prison d'El Harrach: L'"Escobar Algérien" blanchit son avocate

Archives

De nouvelles révélations ont été faites lors du procès en appel relatif à l'affaire du baron de la drogue, dit "Oussama Escobar" (28 ans) poursuivi pour "délit d'évasion de la prison d'El Harrach".

Concernant la méthode d'évasion de la prison d'El Harrach, considérée comme "une forteresse infranchissable", le prévenu a répondu au juge, Tayeb Hellal qu'il avait planifié son évasion dès son arrivée à la prison de Koléa, où il a pu pour 500.000 da obtenir un téléphone portable de l'un des gardiens de la prison, pour contacter ensuite ses complices qui lui ont permis de s'évader après son transfert à la prison d'El Harrach.

Il a ajouté qu'après avoir contacté son avocate (mise en cause également) qui lui a fourni des vêtements le 23 avril 2016 et avec le concours de certains gardiens, il a pu facilement sortir de la prison rejoignant directement le Maroc où il séjourna à Casablanca.

Mais le vrai coup de théâtre a été ce qu'il a révélé sur son avocate condamné pour complicité. L.Zahira relevant du barreau de Sétif, selon le prévenu ne l'a aidé que sous la menace. Selon l'accusé, son complice a kidnappé l'unique fils de l'avocate pour la contraindre à l'aider.

S'agissant des autres mis en cause (18) poursuivis dans cette affaire, le prévenu Henniche Oussama a tenté de nier leur implication.

Le parquet général près la cour d'Alger a requis la requalification des faits en crime consistant à "diriger une association de malfaiteurs", crime passible de 20 ans de prison ferme.

Le représentant du parquet général a soulevé l'exception "d'incompétence matérielle" de la cour (chambre pénale), notamment suite aux déclarations du prévenu Oussama Henniche lors de l'audience qui a duré plus de dix heures où il a reconnu avoir planifié cette opération avec le concours de "mains extérieures" et "certains gardiens de la prison d'El Harrach".

A cet effet, le représentant du parquet général a considéré qu'il y a lieu de prononcer l'incompétence matérielle de la chambre pénale avec "requalification des faits, de délit de fuite et participation à sa facilitation, en crime consistant à diriger une association de malfaiteurs à l'encontre du principal prévenu Henniche Oussama, et la participation pour les autres mis en cause".

Il a souligné l'impératif d'appliquer l'article 177, alinéa 3 du Code pénal relatif au crime consistant à "diriger une association de malfaiteurs" qui est puni de la réclusion de 10 à 20 ans de prison ferme et d'une amende allant de 10.000 à 100.000 da.

La section des délits près le tribunal d'El Harrach avait prononcé en octobre dernier à l'encontre du prévenu, poursuivi pour délit d'évasion en compagnie de 18 autres mis en cause dont son avocate, différentes peines allant de l'acquittement à 5 ans de prison ferme.

La décision de justice devrait être prononcée sous quinzaine.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.