TUNISIE
13/01/2017 06h:58 CET

Nous importons un peu trop ou n'exportons pas assez: Un déficit commercial à 12620,5 MDT en 2016

FETHI BELAID/AFP/Getty Images
A cargo ship unloads imported goods in the Tunisian port city of Rades on November 12, 2014. The World Bank said in a report published last September that Tunisia's economic model of manufacturing for exports and protecting the domestic market was valid in the 1970s but since then had hindered progress. AFP PHOTO / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images)

Le déficit commercial s’est creusé de 12620,5 MDT en 2016. C’est ce qui ressort du bulletin mensuel de l’INS (Institut National de la Statistique). Les échanges commerciaux avec l’extérieur ont été caractérisés par une reprise des exportations de 5,6% contre une baisse de 2,8% enregistrée une année auparavant. Toutefois, la hausse des importations à un rythme plus important que les exportations, a engendré un repli du taux de couverture qui s’est établi à 69,8%.

En valeur, les exportations ont atteint un volume global de 29145,6 MDT contre des importations de l’ordre de 41766.1 MDT, soit un solde déficitaire de 12620,5 MDT.

Les exportations du textile-habillement en hausse de 8,3%

La reprise des exportations est due essentiellement à la performance du secteur des phosphates et dérivés, qui a réalisé une croissance de 29,1% de ses exportations, suivi du secteur des industries mécaniques et électriques qui ont enregistré une hausse de 15,7%. Une reprise de l’industrie du textile-habillement a été également observée en enregistrant une croissance de 8,3%.

La forte chute de la production agricole et agroalimentaire a eu un impact croisé sur l’évolution des échanges notamment des exportations. Un repli de 23,1% et de 17,3% ont été enregistré respectivement dans les exportations des produits agricoles et agroalimentaires et l’exportation de l’énergie. Un manque à gagner de 555 MDT a été observé dans l’exportation de l’huile d’olive en 2016.

Hausse de 9,2% des importations hors énergie

Les importations ont de leur côté enregistré une hausse de 5,3%. Une hausse expliquée par l’accroissement des importations des matières premières et semi-produits mais aussi des produits de consommation autres que les produits de première nécessité. Les importations des voitures ont augmenté de 4,6% en 2016 et celles du tabac de 31,5%. Une nette augmentation dans les importations des huiles essentielles et des parfums a été également observée en 2016. Le bulletin de l’INS souligne que la hausse des importations hors énergie est estimée à 9,2%. Même si la recrudescence des importations des matières premières et semi-produits dénote de la reprise de l’activité industrielle, une rationalisation des importations des produits d’équipement et des produits de luxe est dès lors indispensable pour maîtriser le déficit commercial.

Baisse de 10,3% des exportations vers la Libye

L’Union Européenne demeure le premier marché exportateur de la Tunisie avec une hausse de 4,3% en 2016 et une hausse de 15,1% des exportations vers la France a été enregistrée.

Au niveau du Maghreb, les exportations vers la Libye ont poursuivi leur descente aux enfers enregistrant un repli de 10,3% contre une hausse de plus de 30% des exportations tunisiennes vers l’Algérie.

L’allègement du déficit commercial reste l’une des priorités du gouvernement Chahed. D’où la nécessité de faire face à la dépréciation du dinar tunisien et de maîtriser davantage les importations.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.