MAROC
09/01/2017 14h:17 CET | Actualisé 09/01/2017 14h:17 CET

Braquage de Kim Kardashian à Paris: 17 personnes interpellées

Reuters

POLICE - La mésaventure de Kim Kardashian avait fait le tour du monde. La vedette de téléréalité ultramédiatisée avait été braquée dans la nuit du 2 au 3 octobre par des voleurs déguisés en policiers, dont deux étaient armés, dans une discrète résidence hôtelière de luxe à Paris, où elle était venue assister à la Fashion Week.

Lundi 9 janvier, soit trois mois après les faits, la police judiciaire (PJ) de Paris a arrêté dix-sept personnes dans cette affaire, selon des sources policières interrogées par l'AFP, après qu'Europe 1 a révélé l'information. Selon la radio, plusieurs personnes interpellées seraient en garde à vue.

Le coup de filet a été mené sous la direction de la Brigade de répression du banditisme (BRB) de la PJ de Paris tôt dans la matinée, simultanément en région parisienne et dans le sud de la France. Les interpellations se sont déroulées à Paris, dans le Val-de-Marne, en Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis et dans les Alpes-Maritimes.

Kim Kardashian pourrait être entendue

Le plus jeune interpellé est né en janvier 1994 et le plus âgé, arrêté à Grasse, dans les Alpes-Maritimes, a 72 ans, a précisé cette source. Ces personnes "sont quasiment toutes connues pour grand banditisme", a ajouté une source policière, précisant que parmi elles figuraient trois femmes. De l'argent et des documents ont notamment été retrouvés au domicile des interpellés.

Les gardes à vue pourront durer jusqu'à 96 heures, l'enquête étant ouverte pour "vol avec arme en bande organisée", en plus d'"association de malfaiteurs" et "séquestration".

"Il appartiendra au juge d'instruction de décider ce dont il a besoin pour mener son enquête. Il peut demander à Kim Kardashian de reconnaître les personnes qui l'ont agressée, soit il voudra que ce soit en personne, soit sur des photos. C'est une possibilité", a affirmé son avocat Me Jean Veil, qui a précisé que sa cliente avait "exprimé des félicitations" aux services de police français.

Les malfaiteurs avaient laissé des indices

Les braqueurs, armés, masqués, portant des blousons de police, avaient entravé le veilleur de nuit, puis deux d'entre eux étaient montés dans l'appartement de la star de 36 ans, dans l'hôtel de Pourtalès situé dans le cossu 8e arrondissement, aux alentours de 2h30 dans la nuit du 2 au 3 octobre. Ils avaient braqué une arme sur sa tempe avant de la ligoter, de la bâillonner, puis de l'enfermer dans la salle de bains.

Les voleurs, repartis à vélo, avaient emporté une bague d'une valeur de quatre millions d'euros et un coffret de bijoux pour un montant de cinq millions, soit le plus important vol de bijoux commis sur un particulier en France depuis plus de 20 ans.

Dans leur fuite, ils avaient laissé tomber un bijou, un pendentif serti de diamants, d'une valeur estimée à environ 30.000 euros. Plusieurs empreintes ADN avaient aussi été retrouvées dans l'appartement.

Un réseau de braqueurs menant en Belgique

"Une des traces a 'matché' avec un individu connu des services de police pour des faits de braquage et des affaires de droit commun, et considéré comme un voyou de grande envergure", a expliqué une source policière.

Les enquêteurs de la BRB de Paris ont mis en place des surveillances et filatures qui ont permis de reconstituer le réseau (braqueurs, intermédiaires, receleurs), avec des ramifications menant à Anvers en Belgique, plaque tournante du commerce de diamant, a-t-on précisé.

Habituellement omniprésente sur les réseaux sociaux, la star aux 49,4 millions d'abonnés sur Twitter et 89,8 millions sur Instagram a longtemps gardé le silence sur cette affaire. La semaine dernière, elle est toutefois apparue dans une bande annonce de la prochaine saison de la série de téléréalité "L'incroyable famille Kardashian", où on la voit, en larmes, raconter son agression à ses proches.

Elle confie avoir alors pensé: "Ils vont me tirer dans le dos", ajoutant: "Il n'y a aucun moyen de m'en sortir". "Je suis tellement en colère quand j'y repense".

Le veilleur de nuit souhaite participer à l'enquête

Lundi après l'annonce des arrestations, l'avocat du veilleur de nuit de la résidence parisienne où Kim Kardashian s'est fait braquer a par ailleurs expliqué que son client, un Algérien de 39 ans qui a quitté la France faute de renouvellement de son titre de séjour, comptait déposer un recours auprès du ministère de l'Intérieur pour pouvoir participer à l'enquête.

"Dans les 96 heures (le temps que peuvent durer les gardes à vue des interpellés, ndlr), il est prêt à sauter dans l'avion pour peu qu'administrativement, on lui permette de le faire", par exemple pour pouvoir participer à l'identification des suspects, a déclaré Me Henri de Beauregard à l'AFP.

Le veilleur a dû quitter la France pour l'Algérie le 30 décembre. Pour son avocat, il "n'est pas moins victime et est probablement plus disponible" que Kim Kardashian.

LIRE AUSSI:Kim Kardashian ne se fait pas maquiller que le visage